Les employés de Ford refusent de décharger les wagons - Grève au CN: les TCA appellent à la solidarité syndicale

Le conflit de travail au CN a continué hier de perturber l'industrie automobile, alors que certains travailleurs de Ford du Canada ont refusé de décharger des wagons de marchandises en guise de solidarité envers les grévistes du CN.

La direction de Ford a ainsi été contrainte de renvoyer à la maison 3700 de ses employés du quart de jour à ses usines d'assemblage de Saint Thomas et Oakville, en Ontario. La veille, 1450 travailleurs de Ford avaient été mis au chômage technique pour la même raison.

Les employés de Ford du Canada ont ainsi répondu à l'appel de leur syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA), qui représente également les employés en grève du CN.

Le président des TCA, Buzz Hargrove, dit avoir rencontré des dirigeants de Ford pour les aviser de la situation. Le syndicat tente de convaincre les grandes industries de ne plus utiliser le CN pour le transport de leurs marchandises. «Nous encourageons toutes les industries où nous sommes présents à trouver d'autres moyens de transport pendant le conflit avec le CN», a dit M. Hargrove en entrevue. M. Hargrove n'a pas voulu se prononcer quant à la légalité d'un tel appel à la solidarité parmi l'ensemble des membres des TCA. «C'est un conflit qui concerne notre syndicat et il n'est pas question de permettre à certains de nos membres d'agir en tant que briseurs de grève. Je crois que les entreprises comprennent notre position», a dit le président des TCA.

Chez GM Canada, la direction dit avoir pris des mesures pour éviter de devoir utiliser les trains du CN pour le transport des véhicules neufs assemblés à ses usines d'Oshawa, en Ontario. GM agit de la sorte même si les employés responsables des chargements sont membres du syndicat des Teamsters et qu'ils travaillent pour un sous-traitant.

Quant à la direction du CN, elle se dit en mesure de livrer dans les délais requis les marchandises qu'on lui confie.