Vingt-sept conseillers au service de la croissance

Le premier ministre, Philippe Couillard, et la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, entourent Monique Leroux, qui a accepté de présider un comité de 27 personnes chargé de faire des recommandations au gouvernement pour stimuler la croissance de l’économie.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre, Philippe Couillard, et la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, entourent Monique Leroux, qui a accepté de présider un comité de 27 personnes chargé de faire des recommandations au gouvernement pour stimuler la croissance de l’économie.

L’ex-présidente du Mouvement Desjardins Monique Leroux présidera un comité consultatif sur l’économie et l’innovation, créé mercredi par le gouvernement du Québec.

Le comité sera formé de 27 hommes et femmes, la plupart issus du monde des affaires, dont le mandat, d’une durée de deux ans, sera de conseiller le gouvernement Couillard sur les moyens à prendre pour accroître la croissance économique.

Le groupe sera sous la supervision de la ministre de l’Économie, Dominique Anglade. L’annonce a été faite de façon très solennelle, en présence du premier ministre Philippe Couillard et de deux autres ministres, Carlos Leitão, aux Finances, et Lise Thériault, aux Petites et moyennes entreprises.

Monique Leroux préside le conseil d’administration d’Investissement Québec et elle préside aussi l’Alliance coopérative internationale.

Pour mener à bien sa tâche, elle sera entourée, notamment, du président du conseil d’Alimentation Couche-Tard, Alain Bouchard, de la présidente de Gaz Métro, Sophie Brochu, du président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, du président d’Investissement Québec, Pierre Gabriel Côté, du président du Groupe Canam, Marc Dutil, et du président d’Hydro-Québec, Éric Martel.

Le groupe prévoit de se réunir à compter du 4 novembre.

Grâce à ce comité, le premier ministre Couillard a dit vouloir créer une approche de développement économique plus cohérente, en s’attaquant « aux fameux silos », les gens qui travaillent « en parallèle, avec, oui, les mêmes objectifs, mais souvent des actions qui ne sont pas nécessairement complémentaires », a-t-il dit, en conférence de presse.

Le comité prévoit de se rencontrer fréquemment, a dit sa présidente Monique Leroux.

Plusieurs sujets seront à l’ordre du jour. « Nous allons travailler sur des thèmes qui vont être l’innovation, l’entrepreneuriat, l’internationalisation des entreprises. Ce sont des grandes questions, les changements apportés par l’évolution des technologies, on va aussi réfléchir à ces questions-là », a énuméré Mme Leroux.

Par la suite, le comité présentera une série de propositions d’actions au gouvernement.


 
13 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 13 octobre 2016 02 h 12

    pas deux, pas trois, mais vingt sept, a quel salaire SVP

    27 conseillers pour vendre quoi, nos terres ils ont déja été vendues par notre ami Charest, il reste le nord, il reste quelques caribous,, il y a toujours notre phosphate mais il coute un tier plus cher que partout ailleurs, tellement que personne ne veut y investir, il y a le pétrole, mais avec un pipeline d'un metre, ca devrait suffire, ha oui il y a le gaze, mais il faudrait interconnecter toutes nos bonnes terres, prévoir des usines de stockage et de liquification, un port, des services de proximité pour en assurer le service continu, ho la la, quel beau paysage, je suis sur que les paysants du bord du fleuve vont adorer, surtout ceux que les anglais ont incendiées leur ferme, il y a deux sciècles, a moins de vouloir faire comme Taillefer et faire en sorte que tout les gens aient leur voiture électrique, ho,la la je vois déja nos snow birds partir pour le sud avec leur voiture électrique, bon il y a toujours nos avions Bombardier peut etre pourrait on tous s'y mettent, un avion tous les jours pour toutes les destinations soleil, ca nous évitera de nous rendre a Plattsburgh

  • Raynald Rouette - Abonné 13 octobre 2016 03 h 59

    Servir de caution au démantèlement du Québec moderne!


    «Jacques Parizeau dirait, ils crachent la soupe»

    Il est triste de constater que les gens d'affaires Québécois,aident au démantèlement du Québec construit par les Lesage, Lévesques, Bourassa et Parizeau. Dans cette opération charme, ils cautionnent le décisions du gouvernement Couillard.

    Depuis l'A.L.E.N.A, les Johnson, Charest et Couillard bradent les richesses du Québec à vitesse gand V comme le faisait Maurice Duplessis à son époque.

    • Pierre Beaulieu - Abonné 13 octobre 2016 16 h 42

      Mais non, vous n'avez pas compris. Quand M. Couillard parle de croissance, il parle de son entourage, de ses copains, de ses conseillers...

  • André Poirier - Abonné 13 octobre 2016 08 h 32

    Les vrais affaires

    « Le comité sera formé de 27 hommes et femmes, la plupart issus du monde des affaires, dont le mandat, d’une durée de deux ans, sera de conseiller le gouvernement Couillard sur les moyens à prendre pour accroître la croissance économique.»

    Les libéraux se targuaient de connaître les affaires, alors pourquoi un comité de cette envergure. On ne fait pas confiance aux ministres ?

    Vous avez raison.

    Il n'y a pas beaucoup de monde de la classe ouvrière dans ce comité ou représentant des représentants d'organismes sociaux ou membres de syndicats.

    • François Dugal - Inscrit 13 octobre 2016 19 h 05

      Nous avons pour "les vraies affaires" : nous les avons.
      Quelle joie indicible pour les gens concernés.

  • Robert Beauchamp - Abonné 13 octobre 2016 09 h 11

    La structurite

    Adieu le trio économique tant vanté. Combien coûtera ce nouveau trio multiplié par 9 ? De plus ce trio dirigé par une banquière nous garantit des sourires et des blablas néo-libéraux, c'est garanti. Vraiment, ça ne fait pas sérieux.

  • François Doyon - Inscrit 13 octobre 2016 09 h 29

    Monsieur Couillard...

    Mais où donc est passée toute cette belle équipe conmpétentes et très expérimentéé, que vous nous présentiez en campagne électorale??