Haute vitesse: Bell demande au CRTC de cesser de réglementer le marché

Ottawa — Bell Canada a demandé hier au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) de ne pas réglementer le marché des services numériques à haute vitesse par fibre optique.

L'entreprise soutient qu'une telle réglementation lui nuirait face à ses concurrents.

Selon Bell, ses concurrents sont avantagés parce qu'ils ne sont pas assujettis aux mêmes contraintes qui lui sont imposées par le CRTC. «Contrairement à Bell, nos concurrents n'ont pas à attendre que [le CRTC] approuve leurs tarifs; ils n'ont pas à lancer d'appels d'offres publics; ils n'ont pas à s'efforcer d'offrir des solutions génériques applicables à tous», a déclaré un vice-président exécutif de la société, Lawson Hunter.

Bell demande au CRTC de ne pas réglementer les prix et les conditions de fourniture de ses services numériques à haute vitesse dans de nombreux marchés du Québec et de l'Ontario, y compris d'importantes villes comme Montréal, Ottawa et Toronto.

Selon la société, elle nécessite une plus grande flexibilité des autorités réglementaires parce qu'un nombre «croissant» de petites et moyennes entreprises utilisent les services à haute vitesse.