L’inquiétude s’estompe

Le siège social de la Deutsche Bank à Francfort
Photo: Daniel Roland Agence France-Presse Le siège social de la Deutsche Bank à Francfort

Deutsche Bank est proche d’un accord avec les États-Unis sur le paiement d’une amende de 5,4 milliards de dollars pour solder un litige immobilier remontant à la crise financière, a indiqué vendredi à l’AFP une source proche du dossier.

Cette information apaisait quelque peu les inquiétudes des marchés financiers qui redoutaient qu’une amende colossale finisse par fragiliser la banque, forçant un sauvetage public avec des pertes importantes pour les actionnaires et les créanciers. Une facture à 5,4 milliards de dollars est nettement en dessous des 14 milliards initialement demandés par le département de la Justice et en phase avec les 5,5 milliards mis de côté par Deutsche Bank pour résoudre ce contentieux.

Un accord pourrait être annoncé dans les prochains jours, a ajouté la source sous couvert d’anonymat. Rien n’est attendu ce week-end, a-t-elle ajouté, prévenant que rien n’était définitif et que le montant pourrait encore évoluer. Contactés par l’AFP, le Département de la Justice et Deutsche Bank se sont refusés à tout commentaire.

5,4 milliards
L’amende imposée à l’établissement bancaire allemand aurait été considérablement réduite, de 14 à 5,4 milliards, mais les négociations entre les parties se poursuivent toujours.

À Wall Street, les actions Deutsche Bank s’envolaient de 13,8 %, entraînant dans leur sillage les valeurs bancaires, le spectre d’un affaiblissement du secteur financier mondial semblant s’éloigner pour l’instant. Le titre de la banque allemande avait fini sur un bond de 6,9 % à Francfort. La plupart des places européennes se sont ressaisies après la nette remontée du titre Deutsche Bank qui avait dégringolé en tout début de séance sous l’effet des craintes entourant sa solidité financière, entraînant alors avec elle les valeurs bancaires européennes.

Les investisseurs avaient dans un premier temps réagi à une information selon laquelle une dizaine de fonds spéculatifs avaient commencé à réduire leur exposition à Deutsche Bank, au centre d’un litige immobilier remontant à la crise financière aux États-Unis. Ces inquiétudes ont contaminé l’ensemble du secteur bancaire européen en pleine restructuration depuis la violente crise financière de 2008-2009.

« Le secteur financier étant la branche la plus sensible et la plus fragile, les incertitudes peuvent vite avoir des effets secondaires non voulus », explique Robert Halver, analyste de la banque Baader. Selon lui: « le battement d’aile d’un papillon peut provoquer l’éruption d’un volcan. » Le FMI estime que Deutsche Bank est la banque la plus susceptible au monde de causer des dommages, par effet domino, en cas de faillite. Sa capitalisation boursière s’est effondrée récemment à environ 16,9 milliards de dollars.

Effet inverse

« Les multiples tentatives pour calmer la situation tant du gouvernement, des autorités financières et de Deutsche Bank elle-même ont presque l’effet inverse chez les investisseurs », estime Clemens Bundschuh, analyste de la banque LBBW. Un avis partagé par Alexandre Baradez, analyste de IG France. La posture de statu quo adoptée par la banque et le gouvernement allemand ont tendance à « entretenir les inquiétudes sur les banques », avance l’expert.

La perspective d’une amende colossale avait ravivé le spectre d’une augmentation de capital ou d’un sauvetage public de l’établissement, déjà en lutte avec une rentabilité en berne et une très longue liste d’autres litiges judiciaires. Dans une lettre aux salariés diffusée vendredi, le patron John Cryan a fustigé « certaines forces sur le marché, qui veulent miner la confiance en nous ».

Outre Deutsche Bank, Commerzbank, deuxième banque allemande, fait également l’objet d’une désaffection des marchés après avoir annoncé un vaste plan de restructuration, avec quelque 9600 postes supprimés et pas de dividende jusqu’à nouvel ordre. « Nous allons devoir vivre avec une volatilité certaine », a prévenu vendredi Martin Zielke, le patron.

Deutsche Bank est accusée, comme d’autres grandes banques, d’avoir vendu à des investisseurs avant l’éclatement de la crise financière de 2007-2008 des prêts hypothécaires résidentiels (RMBS), qui sont des crédits immobiliers convertis en produits financiers, tout en sachant qu’ils étaient toxiques. Quatre grandes banques américaines, JPMorgan Chase, Citigroup et Morgan Stanley et bank of America ont déjà accepté de payer un montant cumulé de 40 milliards de dollars pour solder des poursuites liées aux RMBS. Barclays, UBS, Credit Suisse et Royal Bank of Scotland sont également dans le collimateur des autorités américaines.


5,4 milliards
L’amende imposée à l’établissement bancaire allemand aurait été considérablement réduite, de 14 à 5,4 milliards, mais les négociations entre les parties se poursuivent toujours.