Troisième meilleure performance depuis sa création - Teachers a réalisé un solide rendement de 18 %

Toronto — Le fonds de retraite des enseignants ontariens, connu sous le nom de Teachers, a réalisé un rendement de 18 % au cours de l'année 2003, soit la troisième meilleure performance depuis sa création en 1990.

Il s'agit d'un rendement supérieur à la médiane de l'industrie, qui est de 14 %, ainsi qu'à la performance de 15,2 % annoncée plus tôt cette semaine par la Caisse de dépôt et placement du Québec, le plus important fonds de retraite canadien (Teachers étant le deuxième).

Malgré ce solide rendement, la direction de Teachers avait une mauvaise nouvelle à annoncer hier: pour la première fois de l'histoire de ce fonds, les actifs de Teachers ne suffisent pas à couvrir les prestations des futurs retraités, ce qui se traduit par un déficit qui atteignait 6,2 milliards en janvier. Il s'agit d'une nette détérioration par rapport à l'année précédente, alors que le fonds affichait un excédent de 1,5 milliard.

Revenus en hausse

Les investissements réalisés par Teachers ont pourtant généré des revenus de 11,4 milliards, soit huit fois plus que les contributions de 1,4 milliard versées l'année dernière par les enseignants et leur employeur, le gouvernement ontarien. Les prestations de retraite ont augmenté pour atteindre 3,2 milliards, alors que 5500 enseignants se sont ajoutés à la liste des retraités (portant le total à 93 000), soit une croissance de 6 %. De plus, les projections de croissance des dépenses pour les prestations atteignent 35 %, soit deux fois plus que le rendement de 2003.

Le président et chef de la direction de Teachers, Claude Lamoureux, attribue principalement le déficit aux faibles taux d'intérêt. «Au début des années 1990, les taux d'intérêt réels [après inflation] se situaient aux environs de 5 %. À la fin de 2003, ils n'étaient plus que de 2,8 %», a souligné M. Lamoureux dans un communiqué. «Le revirement dans les taux d'intérêt, en plus d'autres changements, ont eu pour effet de gonfler de près de 35 % les coûts des futures prestations, ce qui est totalement hors de notre contrôle», a ajouté le p.-d.g.

Selon la direction de Teachers, il appartiendra aux promoteurs du fonds de retraite, soit la Fédération des enseignantes et des enseignants de l'Ontario ainsi que le gouvernement ontarien, de décider des mesures à prendre pour que le régime soit pleinement financé. En vertu de la loi, les promoteurs du fonds peuvent attendre jusqu'à la fin 2005, lors de la prochaine évaluation actuarielle. «S'il y a encore un déficit à ce moment, il pourrait y avoir une majoration des contributions», a dit M. Lamoureux.

L'actif sous gestion de Teachers s'établit maintenant à 75,7 milliards, comparativement à 66,2 milliards en 2002. Il est composé à 46 % d'actions, d'actifs immobiliers, d'infrastructures et d'autres investissements qui fluctuent en fonction de l'inflation (28 %) ainsi que d'instruments à taux fixes. «Toutes nos catégories d'actifs ont offert de très bons rendements en 2003», a souligné M. Lamoureux.