Marchés boursiers - Wall Street est à bout de souffle

New York — La Bourse américaine s'est affaiblie cette semaine, à bout de souffle après son envolée de 11 mois, et devrait piétiner la semaine prochaine, voire continuer à se replier, estiment les analystes.

Le Dow Jones a terminé hier à 10 619,03 points, en baisse de 0,1 % sur la semaine, et l'indice composé de la Bourse électronique Nasdaq a reculé de 0,8 %, à 2037,93 points. De son côté, l'indice Standard and Poor's 500, plus représentatif de la tendance générale, a cédé 0,2 % sur la semaine, clôturant hier à 1144,11 points.

La semaine boursière a été écourtée par un jour férié lundi aux États-Unis.

Sur le marché obligataire, le rendement de l'obligation du Trésor à 10 ans, qui évolue en sens inverse des prix, est remonté à près de 4,1 % hier contre 4,05 % une semaine plus tôt, et celui de l'obligation à 30 ans, à 4,95 % contre 4,92 %.

«Le marché continue à évoluer dans une marge serrée. On ne peut pas espérer mieux après 11 mois de hausse», a remarqué Larry Wachtel, principal stratège boursier de Prudential Securities, précisant qu'il s'attendait à ce que cette situation perdure la semaine prochaine à la Bourse de New York. «Nous avons eu de bonnes nouvelles économiques jeudi [du côté de l'emploi américain] mais le marché ne réagit plus», a-t-il poursuivi. Le département du Travail a annoncé jeudi que les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont chuté de 24 000 à 344 000 au cours de la semaine achevée le 14 février, un chiffre bien meilleur qu'attendu.

«Le marché doit reculer», a insisté M. Wachtel, ajoutant qu'il fallait probablement que les indices essuient une correction de 5 % avant de reprendre leur ascension. Peter Cardillo, principal stratège boursier de SW Bach, a par ailleurs noté que le Nasdaq semble buter sur le seuil de 2100 points, sans réussir à la dépasser.

Depuis le début de l'année, le Dow a pris 1,7 %, le Nasdaq, 1,5 %, et le S&P 500, 3 %. L'an dernier, le Dow Jones s'était envolé de 25 %, le Nasdaq, de 50 %, et le S&P 500, de 26,4 %.

Bonnes nouvelles

Outre les bons chiffres sur l'emploi, les nouvelles économiques ont généralement été bonnes cette semaine. L'indice composé des principaux indicateurs économiques, censé préfigurer l'évolution de la conjoncture dans les six prochains mois, a progressé de 0,5 % en janvier par rapport à décembre, en ligne avec les attentes, de même que la production industrielle américaine, qui a progressé de 0,8 % en janvier par rapport à décembre. L'indice mesurant l'activité industrielle de la région de Philadelphie a reculé moins que ne le craignaient les experts. Toutefois, les mises en chantier de logements aux États-Unis ont chuté plus que prévu.

La semaine prochaine, les investisseurs recevront toute une série de statistiques économiques.

Du côté des entreprises, les mégafusions ont continué à occuper le devant de la scène, avec le rachat d'AT&T Wireless par l'américain Cingular (société commune entre SBC Communications et BellSouth) pour 41 milliards de dollars. En outre, le feuilleton de l'offre de rachat non sollicitée de Disney par Comcast devrait continuer à faire la une la semaine prochaine.