Greenspan prévoit une amélioration «prochaine» de l'emploi aux États-Unis

Washington — Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Alan Greenspan a prévu hier une amélioration «prochaine» du chômage, tout en soulignant l'importance de la formation pour contrer les délocalisations d'emplois.

«Selon toute probabilité, l'emploi va d'ici peu commencer à s'améliorer plus rapidement, alors que la production continuera d'augmenter», a-t-il estimé lors d'un discours à la Chambre de Commerce d'Omaha. M. Greenspan réaffirmait ainsi sa conviction en une amélioration prochaine du chômage, qui est l'un des points économiques sensibles en cette année électorale. Les États-Unis ont perdu 2,4 millions d'emplois depuis le début 2001.

Une grande partie des emplois ont été perdus dans le secteur industriel, et la Chine a été dénoncée comme une grande responsable de ce phénomène en forçant les entreprises à délocaliser leur production pour rester compétitives face à des produits moins chers en raison du yuan sous-évalué. «Nous devons découvrir les moyens de renforcer les compétences de notre force de travail et de continuer à ouvrir des marchés ici et à l'étranger pour permettre à nos travailleurs d'être compétitifs au niveau international», a estimé le président de la Fed.

«Nous devons nous assurer que l'éducation aux États-Unis, académique ou autre, fournisse des compétences adéquates au fonctionnement de notre économie», a martelé le président de la banque centrale, en soulignant que le niveau de connaissances de la population était un «point crucial» de la formation de richesses aux États-Unis.