Air Canada: entente sur les caisses de retraite

Une entente sur la recapitalisation des caisses de retraite a été conclue hier entre Air Canada et ses employés. Tous les syndicats du transporteur ont du même coup réitéré leur opposition à l'ultimatum de Trinity, leur signature ayant été obtenue à la condition que la nature de leur régime ne soit pas modifiée.

L'accord, qui reprend les paramètres négociés l'été dernier en retour de concessions de 1,1 milliard, prévoit une recapitalisation des caisses de retraite sur dix ans. Air Canada et le Groupe des bénéficiaires de retraites, représentant les employés actifs et les retraités, conviennent également de déposer une proposition commune auprès du Bureau du surintendant des institutions financières. La loi prévoit que les déficits actuariels soient effacés en cinq ans et le Bureau a déjà indiqué à Air Canada qu'il souhaitait une recapitalisation plus rapide au cours des premières années.

Reprise boursière aidant, le déficit des caisses de retraite a pu être ramené sous les 1,3 milliard de dollars, contre 1,5 milliard l'an dernier. Il demeure l'un des principaux enjeux de la restructuration d'Air Canada. Il se retrouve également au coeur d'un rapport de force qui s'est développé entre les employés syndiqués et l'éventuel repreneur du transporteur. Le 5 février dernier, Trinity Time Investment a relié son injection salvatrice de 650 millions à la nécessité de changer le statut des caisses de retraite, le faisant passer de prestations à cotisations définies. L'ultimatum de Trinity prend fin lundi.

Dans leur communiqué, les machinistes d'Air Canada ont rappelé hier que «le maintien intégral de ces régimes de retraite était une condition essentielle à la signature de l'entente l'été dernier, et nous refusons de discuter de toute modification à ces régimes».