Washington soutient Jim Yong Kim pour un second mandat

L'actuel président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim
Photo: Nicholas Kamm Agence France-Presse L'actuel président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim

Washington — Les États-Unis ont apporté jeudi leur soutien à l’actuel président de la Banque mondiale, l’Américain Jim Yong Kim, candidat à un second mandat à la tête de l’institution de développement multilatérale.

« Je suis fier d’annoncer qu’aujourd’hui les États-Unis ont nommé le président de la Banque mondiale Jim Kim pour un second mandat », a indiqué dans un communiqué le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew. « Le président Kim a utilisé son premier mandat pour concentrer de manière innovante le travail de la Banque mondiale sur les sujets les plus pressants aujourd’hui dans le secteur du développement international comme mettre fin à la pauvreté extrême, s’attaquer aux inégalités et combattre le changement climatique », poursuit M. Lew.

Il a également mis en avant les efforts du dirigeant de la Banque mondiale pour faire face à des crises sanitaires comme l’épidémie d’Ebola et la crise des réfugiés, ainsi que pour réformer l’institution née des accords de Bretton Woods après la Seconde Guerre mondiale. « Réélire le président Kim permettra à la Banque mondiale de continuer à bâtir sur ces initiatives et réformes importantes », a-t-il poursuivi.

Après un premier mandat de cinq ans, M. Kim, 56 ans, avait indiqué mardi qu’il était intéressé par un second mandat alors que le processus devant aboutir à l’élection du président de la Banque a été lancé. Ce médecin de formation, né à Séoul, est à la tête de l’institution depuis juillet 2012 mais ses réformes l’ont rendu impopulaire auprès du personnel de la Banque. Dans une lettre aux dirigeants début août, l’association du personnel avait dénoncé une « crise du leadership » relevée depuis deux ans dans une enquête annuelle auprès des membres du groupe Banque mondiale. Elle a réclamé un processus « ouvert, transparent et basé sur le mérite » pour le choix du nouveau dirigeant.

Le processus de désignation qui permet à trois candidats d’être inscrits sur une courte liste doit commencer jeudi jusqu’au 14 septembre. L’examen de ces candidatures prendra deux à trois semaines, avait indiqué la Banque mondiale mardi. Un accord tacite veut qu’Américains et Européens se partagent la direction des institutions de Bretton Woods, les premiers prenant la tête de la Banque mondiale tandis que les seconds dirigent le FMI. Mais cette tradition risque d’être à nouveau contestée par les pays émergents qui veulent être davantage représentés. En 2012, M. Kim avait été en concurrence avec une candidate du Nigeria, la ministre des Finances Ngozi Okonjo-Iweala.