Le gendarme des marchés financiers enquête sur Bauer

Le fabricant d’équipement de hockey Bauer fait l’objet d’une enquête.
Photo: Mark Humphrey Associated Press Le fabricant d’équipement de hockey Bauer fait l’objet d’une enquête.

Toronto — Le fabricant d’équipement de hockey Bauer, dont le plus important actionnaire est Power Corporation, a indiqué faire l’objet d’une enquête par l’autorité des transactions et des valeurs mobilières aux États-Unis.

Performance Sports Group (PSG) a également affirmé, mercredi, que les autorités canadiennes avaient mené des enquêtes à propos de problèmes non spécifiés. Lundi, l’entreprise établie à Exeter, dans l’État du New Hampshire, annonçait une enquête interne menée par son comité d’audit et disait ne pas être en mesure de déposer à temps ses états financiers annuels vérifiés.

L’objet des enquêtes internes et externes n’a pas été révélé, et un porte-parole de PSG n’a pas voulu en dire davantage.

L’action de Performance Sports a perdu près de la moitié de sa valeur, lundi, après que la compagnie eut indiqué que le non-respect de l’échéance fixée au 15 août pour la divulgation de ses résultats la plaçait dans une situation de défaut de facilités de crédit à l’égard de ses créanciers. Mercredi, l’action se situait à 2,30 $, en baisse de 40 ¢, ou près de 15 % par rapport au cours de clôture de la veille.

Avant l’ouverture des marchés lundi, la société avait précisé que le dépôt des documents concernés avait été retardé par une enquête interne menée par son comité d’audit. Performance Sports Group avait précisé avoir retenu les services d’experts indépendants et que des discussions étaient en cours avec ses créanciers, sans toutefois s’avancer sur les résultats de la démarche.

Selon une annonce faite en juin, l’entreprise exploitant un centre de recherche et développement à Blainville, dans les Laurentides, s’attendait à conclure son exercice 2016 avec une dette de 424,8 millions $US. En plus d’être lourdement endettée, l’incursion effectuée par l’entreprise dans le secteur du commerce de détail a été critiquée par plusieurs, dont Graeme Roustan, président du conseil d’administration de 2008 à 2012.

L’homme d’affaires originaire de Sherbrooke, qui a tenté sans succès de revenir au conseil d’administration de l’équipementier l’an dernier, a affirmé lundi qu’il était toujours disponible si on avait besoin de lui. « Le conseil sait que je suis prêt à revenir comme président du conseil et lancer un processus de redressement, a-t-il dit. L’offre est sur la table et elle continuera à le rester. »

Au cours des deux derniers mois, Performance Sports Group a effectué deux rondes de mises à pied. La plus récente, annoncée le 2 août, a eu des répercussions au sein de son de centre d’innovation de Blainville inauguré il y a moins d’un an. M. Roustan s’est montré critique des compressions effectuées dans les Laurentides. « Je suis inquiet, parce que c’est à cet endroit qu’on effectue la recherche et le développement, a expliqué l’homme d’affaires. Avec moins d’ingénieurs québécois, je suis préoccupé de la future gamme de produits. »