La plus grande minière au monde BHP Billiton enregistre une perte historique

Mine de BHP Billiton dans l'ouest de l'Australie
Photo: BHP Billiton Agence France-Presse Mine de BHP Billiton dans l'ouest de l'Australie

Canberra — La plus importante société minière au monde, BHP Billiton, a fait état mardi d’une perte de 6,4 milliards $US — le pire résultat pour un exercice de l’entreprise anglo-australienne à ce jour —, entraînée en partie par les faibles prix des matières premières, une chute de la valeur de ses actifs de pétrole de schiste aux États-Unis et une catastrophe coûteuse sur un barrage au Brésil.

BHP a indiqué que ses revenus avaient glissé de 31 % pour l’exercice s’étant terminé le 30 juin, pour s’établir à 30,1 milliards. Le géant a enregistré une perte de valeur de 4,9 milliards de ses actifs pétroliers et gaziers aux États-Unis.

Le chef de la direction de BHP Andrew Mackenzie a affirmé que l’année avait été difficile pour son entreprise et le secteur des matières premières dans son ensemble. Il s’est dit clairement déçu du résultat de BHP, soulignant tout de même que le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement demeurait sain, à 12,3 milliards. BHP avait enregistré un profit de 1,9 milliard en 2015.

Le résultat du plus récent exercice est le pire depuis que l’entreprise établie à Melbourne, en Australie, est née de la fusion en 2001 de deux sociétés fondées au 19e siècle — Broken Hill Proprietary, d’Australie, et Billiton, enregistrée à Londres. En 2010-2011, BHP avait affiché son meilleur résultat, à 23,6 milliards.

Le géant minier se dit toutefois confiant pour 2017. BHP a expliqué que la réduction de ses coûts et la baisse attendue de sa dette devraient lui permettre de générer plus de 7 milliards de dollars de flux monétaire libre sur l’exercice à fin juin 2017, sur la base des cours actuels du minerai de fer, du cuivre, du charbon, du pétrole et du gaz. « Si les prix des matières premières devraient rester bas et volatils à court et moyen termes, nous sommes confiants dans les perspectives à long terme pour nos productions, particulièrement le pétrole et le cuivre », a déclaré le directeur général, Andrew Mackenzie, dans un communiqué.

Comme son grand rival Rio Tinto, BHP Billiton a renoncé en février à son engagement de ne jamais réduire son dividende, préférant s’engager à distribuer à ses actionnaires au moins 50 % de ses profits courants, peut-on lire dans le texte de l’agence Reuters. Mardi, il a annoncé un dividende annuel de 30 ¢ US, supérieur selon lui au minimum prévu par sa nouvelle politique de distribution.

Andrew Mackenzie a précisé que le groupe tablait sur une hausse des volumes de production susceptible d’atteindre 4 % sur l’exercice en excluant les activités de pétrole et de gaz de schiste aux États-Unis.