Couillard s’inquiète de la montée du protectionnisme aux États-Unis

Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Philippe Couillard

La montée récente du protectionnisme observée aux États-Unis fait craindre le pire au premier ministre Philippe Couillard en ce qui a trait à d’éventuelles pertes d’emplois au Québec.

Les Québécois ont donc tout intérêt à suivre de près l’élection présidentielle présentement en cours aux États-Unis, car son résultat risque d’entraîner des répercussions directes sur leur emploi, a-t-il prévenu mardi, jugeant la question excessivement importante pour l’économie du Québec. « Le partenariat américain est critique pour nous », a rappelé le premier ministre en point de presse, en marge d’une conférence prononcée à Québec. « Chaque Québécois, chaque Québécoise, dans nos régions, partout, doit suivre ça avec beaucoup d’attention, parce que ça aura un impact direct sur nos économies, sur nos emplois. »

La santé économique du Québec repose directement sur l’ouverture des États-Unis à nos produits : en hausse constante, pas moins de 72 % des exportations québécoises sont destinées à nos voisins du Sud.

Comme le gouverneur du Maine, Paul LePage, M. Couillard était un des orateurs invités à la 56e assemblée annuelle de l’Eastern Regional Conference du Council of State Government, qui se tient à Québec jusqu’à mercredi. L’organisme réunit les dirigeants politiques des provinces de l’est du Canada et du nord-est des États-Unis. À cette occasion, M. Couillard a lancé un appel visant à contrer les forces protectionnistes qui gagnent en popularité dans le discours politique, tant en Europe qu’aux États-Unis. Car tout ce qui constitue un obstacle à l’ouverture des marchés menace l’emploi et tout discours de fermeture est préoccupant, a indiqué M. Couillard, se livrant à une nouvelle profession de foi envers le libre-échange et la libéralisation des échanges entre le Québec et ses principaux partenaires commerciaux.

M. Couillard a dit ne pas vouloir s’immiscer directement dans la campagne électorale en cours aux États-Unis, mais il a rappelé qu’il était un ardent défenseur de l’ALENA (l’Accord de libre-échange nord-américain conclu entre le Canada, les États-Unis et le Mexique en 1993), qu’il a qualifié de bénéfique pour tous les partenaires, dont le Québec.

Malgré ces retombées satisfaisantes, il dit entendre, en provenance des États-Unis, tant du côté démocrate que républicain, le son inquiétant d’un nombre croissant de voix s’élever contre l’ouverture des marchés, sous prétexte de protéger les emplois locaux. La popularité de ce courant de pensée trouverait sa source, selon lui, dans cette « période excessivement instable sur le plan économique » que nous traversons. Or, « il faut répéter avec force que l’ouverture des marchés, c’est ce qui va protéger l’emploi. C’est la fermeture des marchés qui va menacer l’emploi », a-t-il fait valoir.

Le candidat républicain à la présidence des États-Unis, Donald Trump, estime que l’ALENA a été catastrophique en termes de pertes d’emplois aux États-Unis. Il s’est engagé à renégocier l’accord, voire à le déchirer, s’il devient président en novembre. Dans le passé, la candidate démocrate, Hillary Clinton, a elle aussi émis de sérieuses réserves par rapport à l’ALENA.

M. Couillard a aussi rappelé son appui au Partenariat transpacifique (PTP), un autre accord commercial international qui divise présentement la classe politique américaine. Autre source d’inquiétude pour le Québec : dans le dossier du bois d’oeuvre, les échéances se bousculent. À compter d’octobre, l’entente de 2006 avec les États-Unis deviendra caduque, ouvrant la porte à l’imposition de tarifs aux entreprises canadiennes, si aucune nouvelle entente n’est conclue d’ici là. Pourtant, « dans l’histoire de l’humanité, le protectionnisme a toujours nui à la prospérité », a plaidé M. Couillard.

De son côté, le gouverneur du Maine, Paul LePage, qui appuie Donald Trump dans la course à la présidence des États-Unis, a dit qu’il s’opposait à l’ALENA, mais pas au libre-échange. Au contraire, le gouverneur LePage dit se montrer favorable à une ouverture totale des marchés, sans contrainte, ni tarif d’aucune sorte, et sans intervention de l’État. À ses yeux, avec tous ses règlements, l’ALENA « n’est bon pour personne » et ne constitue pas un véritable accord de libre-échange.

Il ne croit pas sa position contraire à celle de M. Trump. « Je crois au libre-échange. Cela signifie une affaire conclue entre deux entités, sans que le gouvernement soit impliqué », a soutenu en point de presse M. LePage, se disant convaincu que « le gouvernement n’est pas bon pour faire des affaires » et qu’il a intérêt à se tenir loin de tout traité commercial. Le gouverneur s’est dit nostalgique de l’époque où une poignée de mains entre deux hommes suffisait pour sceller une entente.

4 commentaires
  • Chantale Desjardins - Abonnée 10 août 2016 07 h 50

    Couillard nous inquiète encore plus

    M. Couillard doit s'inquiéter de son Québec et laisser les américains se débrouiller avec leurs candidats.

  • François Dugal - Inscrit 10 août 2016 09 h 10

    La parole

    Monsieur le premier ministre Couillard ne dit pas ce qu'il pense et ne pense pas ce qu'il dit.

    • Pierre Robineault - Abonné 10 août 2016 11 h 02

      Oui, monsieur Dugal, mais il a l'air tellement inquiet!

  • Simon Pelchat - Abonné 10 août 2016 11 h 10

    Plus néolibéral que le PLQ

    Je suis en accord cette fois avec le discours du PM du Québec et je me demande comment ce dernier reçoit le discours d'un néolibéral encore plus conservateur que celui du PLQ.