Le déficit futur des caisses de retraite pose problème - Un dernier obstacle à la restructuration d'Air Canada

Air Canada et ses syndicats semblaient vendredi à portée d'un accord pour financer le déficit des régimes de retraite, mais la question de savoir qui assumera les déficits futurs risquait toujours de compromettre la restructuration du transporteur.

Les problèmes de financement des caisses de retraite constituent l'un des derniers obstacles à surmonter avant qu'Air Canada puisse émerger de la protection des tribunaux contre ses créanciers.

La compagnie et ses syndicats semblaient en voie de résoudre leurs différents lorsqu'une requête de Trinity Time Investments, le nouvel actionnaire principal d'Air Canada, a mis le feu aux poudres la semaine dernière.

Trinity a exigé de modifier la structure des régimes de retraite afin que les déficits ne soient plus assumés par Air Canada, mais par les employés. Les syndicats ont vertement dénoncé cette nouvelle demande et rappelé qu'ils avaient déjà accepté des concessions de 1,1 milliard de dollars en échange de garanties que les régimes de retraite ne seraient pas touchés.

Air Canada, les syndicats et Trinity ont repris les discussions vendredi, sur ordre du juge James Farley qui supervise l'ensemble de la restructuration d'Air Canada. «Nous sommes très près d'en arriver à un accord pour financer le déficit sur 10 ans plutôt que cinq ans», a indiqué le capitaine Jean-Marc Bélanger, le porte-parole de l'Association des pilotes d'Air Canada. «Mais il n'y aura pas de changement dans la nature de nos régimes de retraite», a-t-il ajouté.

Une rencontre

Un porte-parole de Trinity n'était pas immédiatement disponible pour commenter, tandis que la porte-parole d'Air Canada, Isabelle Arthur, a confirmé la tenue d'une rencontre vendredi, sans élaborer davantage. «Ils sont en train de négocier en ce moment même», a indiqué Dave Ritchie, vice-président du syndicat des machinistes d'Air Canada.

«Ils discutent du mécanisme de financement, mais il n'est pas question d'aborder quoi que ce soit qui ait rapport avec l'offre de Trinity», a-t-il dit.

Les syndicats ont demandé à Air Canada d'abandonner Trinity comme partenaire financier si ce dernier ne renonce pas à ses vues sur le régime de retraite. Trinity a pour sa part déclaré que son investissement de 650 millions de dollars dans Air Canada serait en péril si la compagnie aérienne ne pouvait réduire ses risques financiers.