Subventions agricoles: le Canada veut relancer le dialogue

Ottawa — Le gouvernement canadien veut relancer le dialogue sur le commerce mondial en agissant comme médiateur entre pays riches et pauvres sur la question des subventions agricoles.

Le ministre du Commerce international, Jim Peterson, a dit hier qu'il souhaitait se rendre au Brésil au cours du printemps afin de discuter de la question avec ce pays qui a mené l'opposition à un nouvel accord de libéralisation lors du dernier sommet de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), l'automne dernier.

«Je vais discuter avec les Brésiliens [...]. Il y a là-bas un engagement solide pour que l'OMC fonctionne», a dit le ministre Peterson en entrevue depuis Mexico, où il a discuté de la question du commerce avec son homologue mexicain.

«J'espère pouvoir me rendre au Brésil d'ici trois mois», a-t-il ajouté.

M. Peterson dit avoir abordé le sujet avec des représentants brésiliens à l'occasion du Forum économique de Davos, en Suisse, il y a quelques semaines. À son avis, la question des subventions agricoles ne peut être réglée que dans le cadre de l'OMC. Pour un pays tel que le Canada, dont les exportations représentent près de la moitié du PIB, il est crucial que l'OMC soit en mesure de jouer son rôle d'arbitre en s'assurant du respect des règles sur le commerce international.

Le Canada, le Mexique et plusieurs autres pays exportateurs de produits agricoles ont toutefois souffert des milliards de dollars versés en subventions par les États-Unis et l'Union européenne à leurs fermiers. L'intransigeance des Américains et des Européens sur cette question a d'ailleurs mené à l'échec de la dernière ronde de négociation pilotée par l'OMC en septembre dernier, à Cancún, au Mexique.

Un groupe de 21 pays pauvres, mené par le Brésil, a alors demandé aux États-Unis et à l'Union européenne de réduire sensiblement leurs subventions agricoles, mais sans succès. Le Brésil a alors poursuivi sa lutte dans le cadre des négociations sur une Zone de libre-échange des Amériques.