Les États-Unis tentent de bloquer deux mégafusions

Ces dernières années, l’administration Obama a mis en échec plusieurs grandes opérations de fusion-acquisition aux États-Unis.
Photo: Matt Rourke Associated Press Ces dernières années, l’administration Obama a mis en échec plusieurs grandes opérations de fusion-acquisition aux États-Unis.

Washington — Les États-Unis ont déposé jeudi un recours en justice pour bloquer deux mégafusions dans le secteur de l’assurance santé, en invoquant le risque d’une flambée des coûts médicaux pour des « millions d’Américains ».

Les plaintes antitrust déposées par le ministère de la Justice concernent deux transactions annoncées en 2015 : le rachat du groupe américain Humana par son rival Aetna, alors valorisé 37 milliards de dollars, et celui de Cigna par Anthem, évalué 54,2 milliards. Ces mégafusions interviennent dans un secteur en profonde mutation depuis la réforme de l’assurance-maladie dite « Obamacare », qui a conduit les principaux groupes à s’unir pour peser dans les négociations sur les prix des médicaments et mutualiser leurs dépenses de recherche.

Selon la plainte visant le rachat de Cigna et à laquelle 12 États américains sont associés, cette fusion « réduirait considérablement la concurrence, affectant des millions d’Américains, ainsi que des docteurs et des hôpitaux ». La seconde plainte, codéposée par neuf États américains, affirme que le rachat d’Humana « conduirait à des tarifs d’assurance santé plus élevés, à des prestations réduites, à moins d’innovation et à une dégradation des services offerts à des millions d’Américains ».

Ces dernières années, l’administration Obama a mis en échec plusieurs grandes opérations de fusion-acquisition aux États-Unis. En 2015, les deux premiers câblo-opérateurs américains Comcast et Time Warner Cable avaient renoncé à s’unir face aux réticences des régulateurs. Plus récemment, en mai dernier, les groupes américains de services pétroliers Halliburton et Baker Hughes ont abandonné leur projet de fusion faute d’avoir obtenu « les autorisations réglementaires » nécessaires.

En avril, le groupe pharmaceutique Pfizer avait, lui, renoncé au rachat d’Allergan pour 160 milliards après une offensive de l’administration contre les mariages d’entreprises motivés par des raisons fiscales.

1 commentaire
  • Pierre Chapleau - Abonné 22 juillet 2016 09 h 26

    Fusion A+B > C

    Cas classique d'intégration horizontale où la somme des deux parties (A +B) donnera comme résultat une valeur inférieure (C). Moins d'emplois donneront une marge de manoueuvre pour réduire les coûts, augmenter les profits et conclusion extrême: hausse de la valeur du titre en Bourse et capitalisation boursière augmentée.

    CQFD

    Pierre Chapleau, Varennes