Construction d'un moteur d'avion: Honda et GE s'allient

Le constructeur automobile japonais Honda et le géant américain General Electric (GE) ont décidé d'unir leurs forces pour mettre au point et commercialiser un moteur destiné aux petits avions d'affaires de moins de 10 passagers.

Ce nouveau produit entrera en concurrence directe avec le moteur PW600 que développe depuis 2001 Pratt & Whitney. La société ne s'en fait toutefois pas outre mesure, dit sa porte-parole Nancy German.

«Nous croyons avoir un produit qui répond aux besoins dans un créneau en croissance. Nous allons vivre avec la compétition», a-t-elle confié. L'accord de principe entre Honda et GE a été paraphé hier à Tokyo par le président et chef de la direction de Honda Motor, Takeo Fukui et son vis-à-vis de GE Transport, David Calhoun.

Honda s'est lancée dans la conception de moteurs à réaction pour l'aviation en 1986. L'entreprise travaille depuis cinq ans à un modèle léger, le HF118 comptant entre 1000 à 3500 livres de poussée. En comparaison, la poussée du nouveau PW600 variera entre 900 et 3000 livres. Ce moteur devrait être certifié en 2005. Selon des analystes, il faudra sans doute quelques années de plus à Honda et GE pour obtenir l'approbation des autorités.

Accès au marché américain

Honda espère que son alliance stratégique avec GE lui facilitera l'accès au marché américain. Un accord précisant le rôle et les responsabilités des partenaires devrait être signé d'ici la fin de l'année. «Nous avons beaucoup de respect pour la technologie, le design et la performance du moteur HF118 de Honda, a souligné M. Calhoun dans un communiqué. Il y a de grands avantages à collaborer pour percer dans le marché des [avions] réactés d'affaires.»

Le développement de nouveaux modèles d'appareils relativement peu coûteux pouvant accueillir entre quatre et huit personnes devrait créer une demande «considérable» pour des moteurs comme le HF118, a pour sa part affirmé le p.-d.g. de Honda Motor.

Les partenaires prévoient qu'environ 200 avions d'affaires légers trouveront preneurs chaque année au cours des prochaines années. Ces appareils pourraient entre autres être partagés par des propriétaires multiples ou servir de taxis aériens pour transporter des petits groupes sur de courtes distances, ont souligné les compagnies.

Un premier pas

Pour Honda, la mise en marché du HF118 constitue un premier pas dans le domaine de l'aéronautique. À terme, l'entreprise souhaite vendre des avions d'affaires de petite taille. Son premier modèle, baptisé HondaJet, fait d'ailleurs l'objet de vols d'essai depuis décembre dernier.

Bombardier Aéronautique, qui est l'un des plus importants joueurs dans ce marché lucratif, ne s'inquiète pas de l'arrivée de l'entreprise nipponne dans ses plates-bandes. «Nous ne fabriquons pas de moteurs, nous fabriquons des avions, a fait remarquer la porte-parole Sylvie Gauthier. De plus, nos plus petits modèles ont au moins 10 sièges. Nous ne sommes donc pas en concurrence avec eux.»