Tesla dans le collimateur du gendarme des marchés

New York — Tesla, objet de deux enquêtes sur son système de pilotage automatique, est également dans le collimateur du gendarme des marchés américain pour un possible manquement à l’obligation d’informer les investisseurs, rapporte lundi le Wall Street Journal (WSJ).

L’autorité des marchés financiers (SEC) veut vérifier si le constructeur de véhicules électriques de luxe aurait dû l’informer d’un accident mortel impliquant Autopilot, l’assistance d’aide à la conduite permettant aux voitures Tesla d’effectuer seules des manoeuvres comme le freinage d’urgence. Cette information relève-t-elle des éléments dits « matériels » c’est-à-dire devant être communiqués au gendarme boursier dès que possible via un document spécifique ? Tel est l’objet de l’enquête de la SEC, affirme le WSJ citant une source anonyme proche du dossier.

« Tesla n’a pas reçu de communication de la SEC au sujet de cette question », a répondu à l’AFP une porte-parole du groupe.

Un automobiliste est mort dans un accident de circulation à bord d’une berline Model S le 7 mai dernier sur une route de Floride. Tesla n’en a informé l’agence de sécurité routière américaine (NHTSA) que le 16 mai, soit neuf jours après l’accident, mais n’en a rien dit à la SEC. Or les 18 et 19 mai le groupe automobile, fondé en 2003, procédait à une levée de fonds importante de deux milliards de dollars.

Pour certains analystes, si les investisseurs avaient eu connaissance de l’accident, ils n’auraient peut-être pas réservé un bon accueil à cette transaction. Elon Musk, le charismatique fondateur de Tesla, a indiqué la semaine dernière que ce manquement n’était pas « matériel ».

La start-up californienne fait l’objet depuis quelques jours de deux enquêtes de la NHTSA sur deux accidents dont celui de mai et un autre survenu en juillet impliquant Autopilot.

Pour probablement tourner la page de cette mauvaise séquence médiatique, Elon Musk a promis d’annoncer en fin de semaine de nouveaux projets pour Tesla.