Le déficit commercial du Canada a atteint un niveau record en avril

Les exportations de pétrole brut et de bitume ont progressé malgré les incendies de forêt dans la région de Fort McMurray.
Photo: Jean Franson la Presse canadienne Les exportations de pétrole brut et de bitume ont progressé malgré les incendies de forêt dans la région de Fort McMurray.

Ottawa — Les plus récentes données de Statistique Canada démontrent que le pays a affiché un déficit commercial record en avril et que celui-ci a été presque aussi mauvais en mai, ce qui fait craindre à certains observateurs que la faiblesse économique du deuxième trimestre soit pire que prévu.

Le déficit commercial du mois de mai s’est établi à 3,28 milliards, a indiqué mercredi Statistique Canada, tandis que celui du mois d’avril a atteint 3,32 milliards après révision. L’agence fédérale avait initialement estimé le déficit d’avril à 2,93 milliards.

L’économiste principal de la Banque de Montréal, Benjamin Reitzes, a qualifié le rapport, qui a fait état d’une baisse de 2,3 % des volumes d’exportations, de très négatif. « La série de déclins dans les volumes d’exportations est un signe inquiétant que la transition vers une croissance alimentée par d’autres secteurs que celui de l’énergie pourrait connaître des ratés », a écrit M. Reitzes dans un rapport.

Dans l’ensemble, les exportations ont diminué de 0,7 % à 41,4 milliards en mai, mais en excluant les exportations de produits de l’énergie, elles ont cédé 1,8 %. Les importations ont pour leur part glissé de 0,8 % à 44,4 milliards. Les exportations de pétrole brut et de bitume ont progressé malgré les incendies de forêt dans la région de Fort McMurray, qui ont forcé la fermeture temporaire de plusieurs exploitations de sables bitumineux. D’après certaines estimations, la production a été amputée de l’équivalent d’un million de barils de pétrole par jour, soit environ 40 % de toute la production de sables bitumineux du Canada.

Nette aggravation aux États-Unis

Aux États-Unis le déficit commercial s’est creusé plus que prévu en mai sous l’effet d’un repli des exportations et de déséquilibres croissants avec la Chine, selon les données publiées mercredi par le ministère du Commerce.

Le solde chroniquement déficitaire des échanges des États-Unis avec le reste du monde s’est aggravé de 10,1 % en un mois pour atteindre 41,1 milliards de dollars, en données corrigées des variations saisonnières, au terme de sa plus forte poussée depuis juillet dernier. Cette contre-performance, qui pèse sur les chiffres de la croissance américaine, tient à un recul des exportations (-0,2 % à 182,4 milliards) qui s’est couplé à une nette progression des importations (+1,6 %, à 223,5 milliards).