Black poursuit des membres du conseil de Hollinger International

Toronto — Le baron de la presse Conrad Black a lancé hier une poursuite en diffamation contre plusieurs membres du conseil d'administration de l'éditeur de journaux Hollinger International, exigeant 850 millions de dollars en dommages, dont 200 millions pour diffamation.

La poursuite déposée devant la Cour supérieure de l'Ontario est le tout dernier coup porté dans le duel opposant Black et le conseil d'administration de la compagnie qu'il a lui-même mise sur pied.

Le conseil d'administration a évincé Black de la présidence du conseil le mois dernier et a engagé une poursuite contre lui, l'accusant d'avoir versé des millions de dollars en paiements non autorisés. Black clame son innocence.

Six personnes visées

La nouvelle poursuite vise les administrateurs Gordon Paris, James Thompson, Richard Burt, Graham Savage et Raymond Seitz. Elle cible également l'ancien président de la Securities and Exchange Commission, Richard Breeden, qui dirige une enquête sur les comptes de la compagnie au moment où Black était à sa tête.

Breeden et les administrateurs sont accusés d'avoir fait des déclarations fausses, malicieuses et trompeuses au sujet des paiements spéciaux empochés par Black.

«Les accusés cherchent à détruire Black personnellement, professionnellement et financièrement et à le faire passer du propriétaire respecté d'un groupe de médias marqué par le succès à un personnage détestable et ridicule», indique la poursuite.

L'avocat de M. Breeden a rétorqué que les assertions du plaignant «sont sans fondement aucun et ridicules».

Black tente de vendre sa participation de contrôle dans Hollinger International à deux hommes d'affaires britanniques, une action à laquelle s'oppose la compagnie. Elle tentera de faire dérailler la transaction la semaine prochaine devant une cour du Delaware.