Téléphonie câblée: Rogers va de l'avant

Toronto - Le conseil de Rogers Communications a approuvé un projet de service téléphonique par câble d'ici la mi-2005 à condition de recevoir le feu vert des autorités réglementaires, a indiqué hier le premier câblodistributeur canadien.

La firme torontoise, également présente dans la téléphonie sans fil et les médias, s'attend à ce que les coûts fixes en capital pour offrir le service soient de 200 millions, dont entre 140 millions et 170 millions seraient dépensés en 2004. Les coûts variables de capital liés à l'ajout de chaque abonné du service téléphonique seraient d'entre 300 $ et 340 $ chacun.

Rogers avait déjà indiqué l'an dernier son intention d'offrir des services téléphoniques locaux. Le nouveau service serait initialement disponible pour environ 1,8 million de foyers et la «vaste majorité» des clients du câble y auraient accès en 2006, a précisé Rogers. Les activités de câblodistribution de la société sont principalement situées en Ontario, au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve.

Le projet de Rogers ferait concurrence à la filiale Bell Canada du conglomérat BCE ainsi qu'à Aliant dans les provinces de l'Atlantique. Aliant est aussi détenue à 54 % par le groupe québécois BCE.