Ottawa n’a toujours rien à offrir aux producteurs

Le ministre canadien de l’Agriculture, Lawrence MacAulay
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le ministre canadien de l’Agriculture, Lawrence MacAulay

Trente-six jours après avoir promis de consulter pendant 30 jours les producteurs de lait, le ministre fédéral de l’Agriculture n’a toujours rien à leur offrir dans le dossier du lait diafiltré.

Le ministre Lawrence MacAulay, à sa sortie du caucus mercredi, a admis que les 30 jours étaient passés. Mais non, il n’a pas de date pour une éventuelle annonce. « Pas de date », s’est-il contenté de répéter à quelques reprises après avoir promis « quelque chose », « éventuellement ».

Le 3 mai, sentant la pression monter, le ministre s’était engagé à rencontrer les producteurs et les représentants de l’industrie laitière. Ces rencontres ont bel et bien eu lieu, assure-t-il. « Nous avons eu beaucoup d’information et nous allons gérer cette information et nous allons ficeler le dossier », a répondu le ministre MacAulay aux questions de La Presse canadienne.

Jeudi dernier, quelques milliers d’agriculteurs ont envahi la colline parlementaire pour, une fois de plus, manifester leur mécontentement. Le ministre n’y était pas. En entrevue, mercredi, il a dit « comprendre » cette colère. « Étant un fermier, je peux comprendre ce sentiment. J’ai trait des vaches toute ma vie, presque toute ma vie, jusqu’à ce que je vienne ici. Je comprends », a-t-il insisté.

Cette compréhension ne se traduit toujours pas en gestes, souligne celle qui mène le dossier pour l’opposition néodémocrate. « Le gouvernement s’était engagé à régler le problème du lait diafiltré. Mais il se traîne les pieds et ce sont les producteurs qui en paient le prix », a lancé Ruth Ellen Brosseau au ministre MacAulay durant la période des questions de mercredi après-midi.

Les représentants de l’industrie laitière chiffrent à 220 millions les pertes liées aux importations de lait diafiltré en 2015, alors que les importations ont été de 32 000 tonnes, comparativement à environ 21 000 tonnes l’année précédente. Considéré comme du lait par l’Agence canadienne des aliments (ACIA), le lait diafiltré — surtout utilisé dans la fabrication des fromages — est considéré comme un ingrédient à la frontière, ce qui lui permet d’échapper aux tarifs douaniers imposés au lait, oeufs et volailles.