Les prix ont continué de baisser en mai

Les prix à la consommation en zone euro ont baissé de 0,1 % en mai sur un an, après -0,2 % en avril, selon une première estimation parue mardi et conforme aux attentes des analystes.
Photo: iStock Les prix à la consommation en zone euro ont baissé de 0,1 % en mai sur un an, après -0,2 % en avril, selon une première estimation parue mardi et conforme aux attentes des analystes.

Les prix à la consommation ont encore reculé en mai dans la zone euro et le chômage est resté stable à un niveau élevé en avril, des tendances qui montrent les effets pour l’instant limités des efforts de la BCE.

Les prix à la consommation en zone euro ont baissé de 0,1 % en mai sur un an, après -0,2 % en avril, selon une première estimation parue mardi et conforme aux attentes des analystes. Quant au chômage, il est resté stable en avril dans la zone euro à 10,2 %, sans surprise également. Ces deux données publiées par l’Office européen des statistiques « maintiennent l’image d’une pression limitée sur les prix » dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique, écrit Jonathan Loynes de Capital Economics.

Inquiète depuis plusieurs mois de la morne évolution des prix en zone euro — ces derniers n’ont pas augmenté sur un an depuis janvier —, la Banque centrale européenne (BCE) a déployé ces deux dernières années différents instruments, restés jusqu’ici sans grand effet. L’institution monétaire, qui se réunit jeudi, a pour objectif une inflation « proche mais inférieure à 2 % », définition, selon elle, de la stabilité des prix et d’une économie en bonne santé.

« Alors que les prix du pétrole ont progressé de façon significative ces derniers mois, cela ne s’est pas encore répercuté sur l’inflation puisque les chiffres sont mesurés sur une base de comparaison sur un an », remarque Bert Colijn, analyste d’ING. Les cours du pétrole, qui avaient chuté jusqu’à 26-27 $US, sont en effet remontés de façon spectaculaire depuis février et ont récemment dépassé les 50 $US.

En mai, les prix de l’énergie en zone euro ont encore reculé de 8,1 %, après -8,7 % en avril et mars et -8,1 % en février. L’inflation sous-jacente (hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac), plus révélatrice de la tendance car elle ne comprend pas les produits les plus volatils, a de son côté très légèrement accéléré dans la zone euro : +0,8 % en mai, contre +0,7 % en avril.

Côté chômage, le taux en zone euro de 10,2 % est certes le plus bas niveau depuis août 2011. « Mais il est bien trop élevé pour qu’il y ait une quelconque pression pour augmenter de façon notable les salaires » [et donc aurait par ricochet un effet sur l’inflation], note Jonathan Loynes, analyste de Capital Economics. Par ailleurs, l’évolution est très disparate selon les pays. L’Allemagne, première économie de la zone euro, affiche le taux le plus faible des 19: 4,2 % en avril, juste avant Malte (4,3 %). De l’autre côté de l’échelle, le taux de chômage le plus élevé a été relevé en Grèce — où ont été récemment adoptées de nouvelles mesures de rigueur pour satisfaire les créanciers — à 24,2 % en février 2016 (dernier chiffre disponible). Elle est suivie par l’Espagne, où sont prévues des législatives fin juin (20,1 %).

La France, numéro deux de la zone euro, fait un peu mieux que les 19 pays dans leur ensemble avec un taux à 9,9 %, en recul par rapport à mars (10,1 %).

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 1 juin 2016 17 h 11

    photo inappropriée

    L'article parle de la zone euro, mais la photo montre à l'évidence une boutique de Grande Bretage (affichant "freshly prepared, good natural food" en anglais), qui ne fait pas partie de la zone euro!