Rachat de KLM par Air France: l'UE donne son feu vert

Bruxelles — La Commission européenne a accepté hier sous certaines conditions le rachat par Air France de sa concurrente néerlandaise KLM.

L'exécutif européen a annoncé dans un communiqué avoir donné son feu vert à la création du premier groupe de transport aérien mondial en chiffre d'affaires à condition que certaines lignes soient ouvertes à la concurrence pour éviter un abus de position dominante sur les liaisons entre la France et Amsterdam, mais aussi entre l'Europe et le reste du monde. «Le résultat de cette affaire montre que la consolidation attendue depuis longtemps du secteur aérien européen peut être réalisée dans le plein respect des règles de concurrence», a dit dans ce texte le commissaire à la Concurrence, Mario Monti.

Les deux compagnies devront donc céder à leurs concurrents 94 droits d'atterrissage et de décollage par jour dans leurs aéroports et donner à d'autres compagnies la possibilité de s'arrêter à Paris et à Amsterdam sur leur route vers les États-Unis ou d'autres destinations non européennes.

Présentée le 30 septembre dernier, l'opération prend la forme d'une offre publique d'échange d'Air France sur KLM, qui valorise la compagnie néerlandaise à 784 millions d'euros.

L'opération a été approuvée à l'issue de la première phase de l'enquête, d'une durée d'un mois, les deux compagnies ayant accepté de renoncer à davantage de droits d'atterrissage et de décollage qu'elles n'avaient proposé à l'origine, pour éviter une enquête approfondie de quatre mois toujours plus délicate.