WSP Global vise le premier rang

La société montréalaise WSP Global a rapidement pris de l’expansion grâce à une série d’acquisitions ces dernières années, et s’est emparée du titre de deuxième société de génie-conseil au monde.
Photo: Claudio Ventrella / Getty Images La société montréalaise WSP Global a rapidement pris de l’expansion grâce à une série d’acquisitions ces dernières années, et s’est emparée du titre de deuxième société de génie-conseil au monde.

WSP Global veut accroître ses liens d’affaires avec Hydro-Québec et réaliser de nouvelles acquisitions autour du monde dans le but de devenir la plus grande firme de génie-conseil au monde, a indiqué jeudi son nouveau chef de la direction.

« Nous avons une si grande piste devant nous », a constaté jeudi Alexandre L’Heureux lors d’un entretien après l’assemblée annuelle des actionnaires de WSP, à Montréal.

La société montréalaise a rapidement pris de l’expansion grâce à une série d’acquisitions ces dernières années, et s’est emparée du titre de deuxième société de génie-conseil au monde. La stratégie à court terme de WSP Global prévoit d’obtenir 1,5 milliard de plus en revenus annuels, afin d’atteindre un chiffre d’affaires d’environ 7,5 milliards, et d’accroître la taille de son effectif d’environ un tiers à 45 000 employés d’ici la fin de 2018.

M. L’Heureux, anciennement le directeur financier de l’entreprise, remplace Pierre Shoiry à la tête de WSP, et il n’a pas l’intention de modifier ces objectifs. « Je crois à cette stratégie, alors avec moi, cela va davantage être une évolution qu’une révolution », a-t-il lancé.

WSP Global, anciennement connue sous le nom de Genivar, a récemment approché Hydro-Québec au sujet d’un raffermissement de leurs liens d’affaires, dans un contexte où la société d’État cherche à doubler ses revenus d’ici 2030 en effectuant une expansion à l’international. M. L’Heureux a dit ne pas savoir combien de revenus additionnels pourraient être tirés d’Hydro-Québec. « Historiquement, ce sont de bons clients à nous et s’ils choisissent de travailler et d’investir à l’étranger, nous avons un réseau mondial et je crois que nous détenons une habileté technique pour les aider. »

Entre-temps, WSP Global a présenté, il y a moins d’un mois, une proposition de règlement pour rembourser l’argent lié à des contrats obtenus à l’aide de moyens douteux. M. L’Heureux n’a pas voulu offrir de détails, ni nommer les municipalités ou organismes publics qui seraient ainsi remboursés. M. L’Heureux a indiqué que WSP avait une provision pour les paiements qui seraient réalisés dans le cadre du Programme de remboursement volontaire et que cette opération ne devrait pas avoir d’impact sur les finances de l’entreprise. « Cela ne vise pas à mettre ces choses derrière nous, mais plutôt à approcher cette question de telle sorte que nous puissions avoir une résolution appropriée avec les autorités gouvernementales. »

SNC-Lavalin a aussi indiqué la semaine dernière qu’elle avait déposé un avis d’intention au Programme de remboursement volontaire en vue d’une proposition de remboursement.