Gap ferme 75 magasins de plus

New York — La chaîne d’habillement américaine Gap, en grande difficulté, a annoncé jeudi la fermeture de 75 magasins supplémentaires à l’international, une décision qui se traduit par le retrait du Japon de sa marque pour adolescents Old Navy.

Les 53 magasins nippons Old Navy vont tous être fermés, détaille l’enseigne qui va en outre fermer des boutiques de la griffe Banana Republic dans des pays dont elle ne donne pas les noms.

Ces mesures, qui impliquent des suppressions d’emplois non chiffrées, vont se traduire par une charge de re- structuration de 300 millions $US avant impôts et un déficit de 250 millions dans le chiffre d’affaires annuel. L’objectif à terme est d’économiser environ 275 millions et de se concentrer sur le marché nord-américain (États-Unis, Mexique et Canada), où le groupe est affecté par la concurrence des vendeurs en ligne.

C’est le deuxième grand tour de vis effectué par Gap en un an : dans les premiers mois de 2015, l’enseigne avait annoncé la fermeture de 175 boutiques aux États-Unis et la réduction de sa présence à l’étranger aux marchés les plus porteurs. « Étant donné l’accélération des changements touchant l’industrie de l’habillement, le temps est venu d’accélérer notre transformation en réduisant nos produits et nos capacités opérationnelles à travers l’ensemble de notre portefeuille global », explique le directeur général Art Peck, cité dans le communiqué.

Ces dernières semaines, les entreprises du secteur du prêt-à-porter ont annoncé des résultats tous plus mauvais les uns que les autres, qui ont fait lourdement chuter leurs titres en Bourse. Elles pâtissent de la concurrence des vendeurs en ligne dont les politiques commerciales sont plébiscitées par les consommateurs. Gap, fondé il y a 47 ans, doit aussi affronter les fers de lance de la « fast retail » que sont H M, Zara et Uniqlo qui renouvellent fréquemment leurs collections afin de coller aux goûts d’un public porté sur les achats sur Internet.

Au premier trimestre, le chiffre d’affaires, déjà connu, a reculé de 6 %, à 3,44 milliards, pour un bénéfice net de 127 millions, en chute de 47 % sur un an.