Alcan aura d'importantes décisions à prendre

La direction d'Alcan doit décider au cours de la présente année dans quelles usines elle investira et quelles sont celles dont elle se départira.

Le chef de la direction, Travis Engen, a fait savoir hier à l'occasion d'une conférence téléphonique portant sur les derniers résultats trimestriels que les 17 alumineries que compte Alcan, en plus de celles que la société montréalaise vient d'acquérir dans le cadre de la prise de contrôle de Pechiney, font présentement l'objet d'une évaluation.

La direction d'Alcan dispose de 12 mois pour décider de quelle aluminerie européenne elle devra se départir (en France ou en Allemagne), conformément aux conditions qui lui ont été imposées par les autorités de la concurrence pour la prise de contrôle de Pechiney. Alcan doit de plus vendre d'ici quatre mois son usine Ravenswood, aux États-Unis. Les installations de Kitimat, en Colombie-Britannique, ainsi que des projets d'alumineries en Afrique du Sud feront également l'objet d'une réévaluation par la direction d'Alcan.

«Il n'y a pas d'échéancier, mais il s'agit évidemment d'une priorité pour nous, a déclaré M. Engen. Nous devons nous assurer de faire les bons choix, qui ne soient pas uniquement basés sur l'ardeur que mettra un directeur général à défendre son projet quelque part.»

À cet égard, M. Engen a précisé que l'entente de principe conclue le week-end dernier avec le syndicat des employés de l'usine Arvida, à Saguenay, ne changerait rien à la décision de la direction d'Alcan de cesser dès cette année, soit 10 ans plus tôt que prévu, l'exploitation des vieilles cuves Svderberg à cet endroit. Selon Alcan, ces cuves sont désuètes, non rentables et trop polluantes. «Nous n'avons aucune autre option à cet égard. Cette technologie est dépassée», a dit M. Engen.

Les 550 employés d'Alcan à Arvida ont pris le contrôle le mois dernier de cette aluminerie qu'ils exploitent sans la supervision des cadres. Les détails de l'entente de principe conclue dimanche ne seront pas rendus publics avant que les travailleurs n'en aient pris connaissance, à l'occasion d'un vote qui se termine aujourd'hui.

Solides résultats

Alcan a fait part de solides résultats pour le quatrième trimestre, grâce à la hausse des prix de l'aluminium. Le bénéfice net s'est établi à 143 millions $US, comparativement à 26 millions au trimestre correspondant de l'exercice 2002. Le plus important producteur mondial d'aluminium a vu ses revenus trimestriels croître de 13 %, passant de 3,11 milliards à 3,51 milliards malgré une baisse de 3,4 % du volume d'aluminium. Selon la direction, cette baisse du volume reflète notamment les piètres conditions du marché des produits laminés en Amérique du Nord.

Ces résultats ne tiennent pas compte de l'acquisition de Pechiney, au coût de 4,6 milliards $US. M. Engen a dit que la direction d'Alcan allait se concentrer au cours de la présente année sur l'intégration des activités de Pechiney.