Le déficit commercial grimpe à 3,4 milliards

Le déficit commercial du Canada s’est creusé en mars pour atteindre le niveau record de 3,4 milliards, alors que les exportations vers les États-Unis connaissaient un ralentissement, a indiqué mercredi Statistique Canada.

En outre, l’excédent commercial du pays avec les États-Unis a rétréci de 6,3 % pour atteindre son plus faible niveau depuis décembre 1993, a précisé l’agence fédérale.

Les données pour le mois de mars, qui ont vu les exportations chuter plus rapidement que les importations, jettent une ombre sur l’allure que pourrait prendre la croissance économique au deuxième trimestre. « La performance commerciale du Canada est brusquement retombée après avoir fait preuv de vigueur au début de l’année, a écrit Benjamin Reitzes, économiste principal à la Banque de Montréal, dans une note à ses clients. Les détails sont absolument terribles […], les exportations ont plongé de 4,8 %, avec des reculs dans toutes les catégories, sauf celle de l’aéronautique. »

Dans l’ensemble, les économistes s’attendaient plutôt à un déficit de 1,4 milliard, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters. Statistique Canada a aussi révisé la valeur du déficit commercial de février, la faisant passer à 2,5 milliards, comparativement à son estimation précédente de 1,9 milliard.

La révision à la baisse des chiffres de février et le déficit record de mars devraient miner la croissance économique du premier trimestre. Les économistes s’attendent en outre à ce que les données trahissent un plus faible élan pour le deuxième trimestre. « Il est difficile de trouver un aspect positif aux données commerciales de mars », a laissé tomber Leslie Preston, économiste principal à la Banque TD, qui s’attend toujours à ce que le Canada génère une croissance robuste du PIB pour les trois premiers mois de 2016 (entre 2,5 et 3 %) .