Le gouvernement Trudeau mènera des consultations

Ruth Ellen Brosseau
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Ruth Ellen Brosseau

Les libéraux promettent de l’action dans le dossier de l’importation du lait diafiltré, mais le seul engagement qu’ils sont prêts à formuler pour le moment est celui de mener des consultations.

Sentant la pression monter, le gouvernement a convoqué la presse, mardi, simplement pour annoncer que des rencontres se tiendraient d’ici les prochaines semaines — et pour jeter le blâme sur le précédent gouvernement. Cette convocation survenait peu avant un vote en Chambre sur une motion néodémocrate enjoignant au gouvernement d’agir sans plus tarder dans ce dossier, qui menace la survie des fermes familiales.

Elle survenait aussi alors que des dizaines de producteurs laitiers exaspérés manifestaient devant les bureaux de la compagnie Parmalat, à Montréal.

La motion de la députée Ruth Ellen Brosseau demandait notamment que l’on reconnaisse « l’importance des pertes économiques des producteurs laitiers canadiens qu’a entraînées l’importation de lait diafiltré des États-Unis ». Elle a été battue 171 à 142. Les députés conservateurs, néodémocrates et bloquistes ont voté pour, mais les libéraux ont profité de leur majorité à la Chambre des communes pour la défaire.

Il était impossible d’appuyer une motion stipulant « que le gouvernement signe des accords commerciaux qui ouvrent des brèches dans la gestion de l’offre et auront un impact négatif sur l’industrie laitière canadienne », a justifié le ministre de l’Agriculture, Lawrence MacAulay.

Les représentants de l’industrie chiffrent à 220 millions les pertes liées aux importations de lait diafiltré en 2015, alors que les importations ont été de 32 000 tonnes, comparativement à environ 21 000 tonnes l’année précédente. Considéré comme du lait par l’Agence canadienne des aliments (ACIA), le lait diafiltré — surtout utilisé dans la fabrication des fromages — est considéré comme un ingrédient à la frontière, ce qui lui permet d’échapper aux tarifs douaniers imposés au lait, aux oeufs et à la volaille.

La députée Brosseau n’a pas mâché ses mots pour critiquer l’attitude du gouvernement libéral dans ce dossier. « C’est plus que frustrant. Je suis enragée. Le ministre de l’Agriculture dit “On est en train de consulter”. C’est de la “bullshit”. Tout le monde sait quoi faire, mais ils [les libéraux] traînent de la patte. Je ne les comprends pas », a-t-elle tonné en mêlée de presse.

Le ministre MacAulay a pour sa part fait valoir en conférence de presse qu’il souhaitait une solution durable au problème, sans toutefois préciser quelles pourraient être les options envisageables ou l’échéancier que se donne le gouvernement. « Comme je l’ai indiqué, nous allons nous asseoir avec les représentants de l’industrie et trouver une solution à long terme pour toutes les régions au pays », s’est-il contenté de dire.

L’Assemblée nationale du Québec compte faire pression sur le gouvernement fédéral dans ce dossier. Ses députés ont adopté à l’unanimité, le 13 avril dernier, une motion pour que la définition du lait diafiltré soit mieux harmonisée.

1 commentaire
  • Nicole Delisle - Abonné 4 mai 2016 10 h 57

    Le vrai visage de M. Trudeau apparaît!

    Au-delà des selfies dont il raffole pour mousser sa popularité, on découvre quelqu'un
    qui préfère aider les Américains plutôt que les Canadiens. Il faut le faire tout de même. Les agriculteurs perdent de l'argent et il semble apprécier cet état de fait.
    Pour qui au juste travaille ce premier ministre? S'il est incapable d'aider les nôtres
    que fait-il là? Le poste ne sert pas à juste se pavaner d'un pays à l'autre pour montrer
    son beau sourire. Il faut aussi du cran, de l'audace et de la compétence. Manifestement, il ne semble pas en posséder beaucoup. Les canadiens vont vite déchanter, car il ne semble pas la la hauteur des attentes!