Les États-Unis s’opposent à la fusion entre Halliburton et Baker Hughes

New York — Les États-Unis ont annoncé mercredi s’opposer à la fusion à 34,6 milliards de dollars entre Halliburton et Baker Hughes, numéros 2 et 3 des services pétroliers, pour des problèmes de concurrence et risques de hausse des prix.

Le département de la Justice a ainsi intenté une action auprès d’un tribunal pour obtenir le gel de la transaction, comme l’exige la procédure américaine. « La fusion proposée entre Halliburton et Baker Hughes éliminerait une concurrence essentielle, déséquilibrerait le marché de l’énergie et nuirait aux consommateurs américains », a affirmé le département de la Justice.

Avec le franco-américain Schlumberger, Halliburton et Baker Hughes dominent ce secteur, actuellement en pleine crise du fait de la chute des cours du pétrole et de la réduction des investissements qu’elle provoque. Tant Halliburton que Schlumberger ont annoncé plusieurs milliers de suppressions d’emplois. « Cette opération est sans précédent en matière de questions relatives à la concurrence et de concentration qu’elle soulève », ajoute le département de la Justice.

La Commission européenne a de son côté également ouvert en janvier une enquête approfondie sur cette opération.

Dans un communiqué commun, les deux groupes ont indiqué qu’ils entendaient s’opposer vigoureusement à la plainte des autorités antitrust américaines qu’ils accusent « d’être parvenues à la mauvaise conclusion dans l’évaluation de l’opération » et d’avoir pris une décision « contre-productive ».

Devant les réticences des autorités de la concurrence, Halliburton avait déjà proposé de céder des activités représentant plusieurs milliards de dollars. Le groupe a indiqué mercredi que cela « devrait être plus que suffisant pour répondre aux préoccupations du département de la Justice ». Celui-ci a rétorqué dans son communiqué que « les cessions proposées permettraient à Halliburton de conserver les meilleurs actifs des deux groupes tout en vendant les moins importants à un tiers ».

Halliburton réalise un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 23,6 milliards et emploie 65 000 personnes. Baker Hughes, de son côté, affiche un chiffre d’affaires de 15,7 milliards et emploie 43 000 personnes. Par comparaison, le chiffre d’affaires de Schlumberger est de 35,5 milliards pour 95 000 employés.