Tout est légal, parole de banquier

La direction de la Banque Royale devait s’y attendre. Les révélations des Panama Papers ont monopolisé la période de questions lors de l’assemblée annuelle des actionnaires mercredi, le président n’ayant pas eu le choix de défendre son institution en assurant qu’elle a entrepris de fouiller dans ses dossiers, mais que la tâche s’avère complexe car « il faut retourner 40 ans dans le passé ».

Les révélations d’un consortium journalistique international portant sur l’usage de paradis fiscaux secouent le monde financier depuis dimanche, notamment la Banque Royale, car les documents obtenus suggèrent qu’elle a fait affaire avec le cabinet panaméen Mossack Fonseca afin de créer 370 sociétés pour des clients.

Photo: Archives Agence France-Presse Une vue sur Panama City

Après les points habituels à l’ordre du jour — allocution du président, élection des administrateurs, propositions d’actions, etc. —, une première actionnaire est montée au micro pour poser la question poliment mais sans détour. « Comment se fait-il que les autorités de la Banque Royale permettent de telles actions ? » a-t-elle demandé.

« Le groupe RBC se conforme au cadre réglementaire et juridique de chaque pays où il mène des activités », a répondu le président de la Banque Royale, David McKay. « L’évasion fiscale est illégale. Nous avons des politiques et des procédures en place pour la détecter et l’empêcher. » Si la Banque Royale apprenait qu’un client enfreint le Code criminel, elle le rapporterait, a-t-il dit.

Un autre actionnaire a affirmé que « la question dépasse l’aspect légal, je pense qu’il y a une question morale aussi ».

Pas d’échéancier

La Banque Royale a entrepris d’analyser ses dossiers et a constitué une équipe à cet effet. En conférence de presse après l’assemblée, M. McKay n’a pas évoqué d’échéancier pour réaliser l’analyse, se limitant à dire que la taille de l’équipe permettra d’effectuer le travail dans un « délai raisonnable ». Patron de la plus grande banque canadienne depuis 2014, il a insisté à plusieurs reprises sur l’absence d’accusations.

« Nous ne pouvons pas commenter les informations publiées et leur exactitude, a dit David McKay. Il n’y a rien qui indique que la Banque a fait quoi que ce soit d’illégal. Nous avons en place des procédures très robustes pour détecter et gérer ces situations, mais il n’y a aucune accusation d’illégalité. »

Un représentant du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MEDAC), Willie Gagnon, a suggéré à M. McKay que la Banque Royale devrait mettre un terme aux activités dans les pays qualifiés de paradis fiscaux. « Pourquoi vous n’arrêtez pas ? Si vous ne faisiez pas ça, vous ne seriez pas dans les articles. Ça paraît mal, ce n’est pas intéressant, et sur le plan politique, c’est assez catastrophique », a dit M. Gagnon, dont l’organisme de démocratie actionnariale est actionnaire de la Banque Royale comme de plusieurs autres sociétés financières et entreprises.

« Assurément, on n’aime jamais se retrouver dans les nouvelles avec des informations négatives », a répondu M. McKay, né à Montréal. « Mais nous nous conformons aux lois et règles dans tous les pays. Il y a des raisons légitimes pour lesquelles les gens veulent créer des sociétés de portefeuille. Nous n’avons pas eu la chance de vérifier les informations qui viennent juste de sortir, mais nous avons des politiques et procédures robustes. »

Le monde bancaire canadien traverse une difficile semaine. Des médias torontois ont rapporté mardi que l’agence fédérale spécialisée dans la surveillance du blanchiment d’argent vient d’imposer une amende de 1,1 million à une banque pour avoir omis de déclarer une transaction douteuse. L’institution n’a pas été nommée, mais un expert a affirmé au Globe and Mail que le geste du Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada a probablement visé une petite banque.

Dans son discours aux actionnaires, M. McKay, qui travaille à la Banque Royale depuis 1988, a affirmé que « si vous avez lu le livre à succès Flash Boys, de Michael Lewis, dans lequel RBC joue un rôle central et très positif, vous faites partie des millions de personnes qui savent maintenant que les services financiers peuvent et doivent être une force au service du bien ».

Le président de RBC a évoqué l’évolution rapide de l’industrie bancaire, laquelle est influencée par les innovations technologiques. Exclusion faite des retraits au guichet, 60 % des transactions sont maintenant effectuées grâce aux plateformes numériques ou au mobile, a-t-il dit.

9 commentaires
  • - Inscrit 6 avril 2016 13 h 26

    Belle cravate !

    Et beaux porte-feuilles. À un moment donné, tou sces pourris vont devoir payer d'une façon ou d'une autre. Souhaitons pour eux que ça se termine de façon favorable à leur santé.

  • Denis Paquette - Abonné 6 avril 2016 13 h 31

    Le monde sans les secrets bancaires c'est la faillitte

    N'est ce pas surtout que nous avons été une colonie au service de nos colonisateurs et qui sait de combien de richesses ils nous ont dépouillées et qui sont les gens qui en ont profités , voila ce a quoi sert les évasions fiscales que ce soit pour la pègre ou les colonisateurs, combien de milliards de richesses sortent tout les ans dans le plus grand des secrets, ne rêver pas en couleur jamais vous aurez accès au secret banquaire, un jour quelqu'un m'a dit les paradis fiscaux sont nos backups, essayer d'imaginer le monde sans ces backups, je vais vous gagez un dollar contre cent que vous n'y arriverez jamais, ca pris plus de cinquante ans avant que l'on sache qui avait administré les fortunes saisies durant la guerre

  • François Dugal - Inscrit 6 avril 2016 22 h 55

    40 ans dans le passé

    "Il faudrait retourner 40 ans dans le passé", disait le PDG de la RBC, David McKay.
    En effet, la RBC a compris avant tout le monde que ce qui est vraiment payant pour une banque, c'est de recruter des clients vraiment riches.

  • Gaston Bourdages - Abonné 7 avril 2016 03 h 54

    «Tout est légal» est-il synonyme de....

    ...tout est moral ?
    Est-ce que tout ce qui est dit légal se veut propre, net, clair, transparent, synonyme de justice sociale ? La question je posais à un étudiant à la veille de son examen du Barreau. Les yeux grands il a ouvert, les épaules il a, un tantinet, remontées et tout humble il m'a avoué qu'il l'ignorait.
    Madame la morale se fait écorcher par les temps qui courent...
    Gaston Bourdages.

  • Sylvain Rivest - Abonné 7 avril 2016 07 h 55

    c'est vrai que c'est complexe

    Mais avec des bons ($$$$$) avocats, ils devraient s'en sortir.