Le rêve irlandais de Pfizer prend fin

Pfizer a mis fin mercredi à sa fusion à 160 milliards de dollars avec Allergan, après une offensive de l’administration Obama contre les mariages d’entreprises motivés par des raisons fiscales, sur fond de résurgence du patriotisme économique aux États-Unis.

Ce renoncement à la plus importante opération d’évitement fiscal jamais réalisée par une entreprise américaine est une victoire pour la Maison-Blanche dont les précédentes tentatives de bloquer ou de décourager les inversions fiscales [tax inversion], nom donné à ces opérations légales quoique controversées, avaient échoué. « Il semble que [le Trésor] a tout fait pour mettre en place une règle temporaire afin de stopper cette transaction et, apparemment, ça a marché », a regretté Brent Saunders, le directeur général du laboratoire américain Allergan dont le siège est à Dublin, en Irlande. « La décision a été guidée par les actions annoncées par le département du Trésor américain le 4 avril, qui constituent aux yeux des deux entreprises un changement fiscal défavorable dans le cadre de leur accord », a renchéri son compatriote Pfizer.

Le Trésor américain a annoncé lundi une troisième vague de mesures pour freiner l’exil fiscal des multinationales américaines qui fuient l’impôt en transférant leur siège social à l’étranger à la faveur de rachats d’entreprises. Ce tour de vis survient dans un contexte général de dénonciation des pratiques d’optimisation fiscale, dans le sillage du scandale de l’enquête des Panama Papers.

 

Le président américain, Barack Obama, qui avait déjà qualifié l’inversion fiscale d’« antipatriotique », est encore monté au créneau mardi en dénonçant une « échappatoire fiscale insidieuse ». Il a affirmé que le résultat de cette pratique était « que les Américains finissent par penser que tout se dresse contre eux ».

Hillary Clinton et Bernie Sanders, candidats à l’investiture démocrate, ont promis de s’attaquer à cette niche fiscale. « Contente d’entendre que Pfizer a renoncé à la fusion. Nous devons mettre fin aux niches fiscales permettant aux entreprises d’éviter de payer les impôts », a réagi mercredi Mme Clinton.

Nouvelles règles

Selon les nouvelles règles du Trésor, les actionnaires d’une entreprise américaine rachetée par un groupe étranger doivent détenir moins de 60 % des parts de la nouvelle entité pour que le changement de domiciliation fiscale soit complètement effectif. À partir de 80 %, le mariage perd tous ses avantages fiscaux. La taille du groupe étranger acquéreur doit, en outre, être au moins égale à un tiers à celle de la société américaine convoitée. Pour calculer celle-ci, il faut écarter toutes les acquisitions d’actifs ou de sociétés américains effectuées lors des trois dernières années à compter du jour de la nouvelle opération.

Pfizer et Allergan ont structuré leur mariage de sorte que les actionnaires du premier devaient détenir 56 % de la nouvelle entité, soit en dessous du seuil limitant les effets de l’inversion fiscale. Mais en calculant la taille d’Allergan selon les nouvelles règles du Trésor, cette participation devrait augmenter jusqu’à 80 % puisque la valorisation de ce dernier a été gonflée par les acquisitions américaines réalisées sous son ancien nom Actavis. Actavis a notamment racheté Allergan et son traitement antirides Botox pour 65 milliards en 2015, Forest Labs pour 25 milliards un an plus tôt et Warner Chilcott pour 5 milliards en 2013.

Deuxième échec

La rupture des fiançailles entre Pfizer et Allergan est un énorme revers pour Ian Read, le patron de Pfizer, qui échoue pour la deuxième fois après le britannique AstraZeneca à réaliser une grosse acquisition. Le géant pharmaceutique n’a pourtant pas beaucoup de choix s’il veut relancer ses ventes plombées par l’expiration des brevets et l’absence de nouvelles molécules. En attendant, Pfizer, qui dispose d’un trésor de guerre de près de 130 milliards de dollars logé à l’étranger, n’exclut pas de procéder à une scission entre ses médicaments matures (génériques et biosimilaires) et ses traitements innovants (anticancéreux, vaccins). Il devrait annoncer sa décision d’ici la fin de l’année.

Allergan, qui s’est appuyé jusqu’à présent sur une politique d’acquisitions à tous crins pour financer sa croissance, se retrouve pour sa part dans une position difficile. D’autant qu’il a cédé pour 40 milliards de dollars ses médicaments génériques à l’israélien Teva. « Nous allons continuer à regarder des actifs de croissance », a promis mercredi Brent Saunders. Les noms des Britanniques AstraZeneca et GlaxoSmithKline sont avancés comme cibles.

Pour l’instant, Allergan va recevoir jusqu’à 550 millions de la part de Pfizer pour rupture d’accord et dédommagements, dont 150 millions de dollars de frais.