Selon un sondage de Watson Wyatt - Les économistes canadiens prévoient une croissance de 3 %

L'économie canadienne devrait croître au rythme de 3 % en 2004, selon un sondage mené auprès de 55 économistes, qui prévoient également une faible inflation ainsi qu'un dollar qui se maintiendra aux environs de 78 ¢US pour les cinq prochaines années.

Les économistes consultés par la firme Watson Wyatt estiment que la croissance sera beaucoup plus vigoureuse aux États-Unis, où elle devrait atteindre 4,1 % en 2004. À long terme, les taux de croissance au Canada et aux États-Unis devraient converger à 3,1 %.

Les économistes prévoient de faibles taux d'inflation au Canada de 1,8 % en 2004 et de 2,1 % à long terme. Ces prévisions sont nettement inférieures à celles du sondage de l'an dernier, alors qu'elles s'établissaient à 2,5 % à court et à long terme.

Le dollar à 78 ¢US

Le taux de change du dollar canadien devrait demeurer élevé. Après une forte appréciation en 2003, le huard devrait, selon les prévisions des participants au sondage, se stabiliser à 78 ¢US au cours des cinq prochaines années, puis dépasser légèrement 80 ¢US à long terme. Watson Wyatt précise toutefois que les économistes qu'elle avait consultés à la fin de 2002 prévoyaient un dollar à 65 ¢US pour 2003!

L'augmentation prévue de la productivité du travail serait de 2 % à long terme, contre 1,7 % l'an dernier. De plus, les économistes s'attendent à ce que le taux de chômage se fixe à 7,4 % en 2004 et à 6,8 % à long terme.

Les dernières données de Statistique Canada, pour le mois de décembre 2003, établissaient le taux de chômage à 7,4 %.

«Les résultats du sondage indiquent une fois de plus que l'économie canadienne continue à marquer des points, car les spécialistes prévoient une amélioration généralisée des indicateurs économiques», a déclaré John Gilfoyle, directeur national de la division Gestion de l'actif chez Watson Wyatt.

«Contrairement à l'an passé, alors que les perspectives optimistes étaient assombries par les baisses prévues sur le plan de la productivité et du niveau de vie, l'horizon est très clair cette année», a-t-il ajouté.

L'optimisme règne aussi pour ce qui est des rendements des marchés boursiers, et ce, même si les taux de rendement prévus sont inférieurs à ceux de la fin des années 90. Les économistes prévoient que les actions américaines et internationales rapporteront 9 % en 2004, et les actions canadiennes, 8 %.

Les rendements à long terme attendus sur les marchés boursiers mondiaux se situent pour leur part aux environs de 8 %.

Le sondage a été réalisé au mois de décembre dernier. Il s'agit de la 23e enquête annuelle de ce genre réalisée par Watson Wyatt.