Mars sauve le premier trimestre

Le rebond des cours boursiers en mars a ramené le rendement des fonds d’investissement en territoire positif au premier trimestre. Il n’a cependant pas été suffisant pour améliorer la solvabilité des régimes de retraite.

Les 42 indices de fonds composant l’univers Morningstar ont affiché des résultats positifs en mars, après avoir connu ce que la firme de recherche a qualifié de « deux mois de rendements très largement négatifs ». Selon les données préliminaires publiées lundi, la moitié des 42 indices de fonds de Morningstar Canada ont ainsi pu terminer le premier trimestre en hausse, soutenus essentiellement par les fonds d’actions canadiennes.

« Le marché boursier canadien n’a pas connu un très bon début de trimestre, mais l’indice composé S&P/TSX a terminé en beauté avec un gain de 5,3 % en mars, se soldant par un gain de 4,5 % pour le trimestre », a ajouté Morningstar. Ailleurs, l’effet devise s’est inversé en ce début d’année, après avoir été favorable aux gestionnaires canadiens l’an dernier. « Après une chute brutale en 2015 et en janvier 2016, le dollar canadien s’est apprécié de plus de 4 % en février et de nouveau en mars par rapport au dollar américain, finissant le trimestre en hausse de 6,7 %. Alors que le marché américain a été positif dans l’ensemble pour le trimestre […], les fonds canadiens qui investissent dans les actions américaines ont baissé à cause des effets de devises. »

Même constat en Europe. Là-bas, la progression des indices en mars en devises locales n’a cependant pas été suffisante pour permettre aux bourses européennes de terminer le premier trimestre en territoire positif. Pour les gestionnaires canadiens, « ces pertes se sont amplifiées par les effets de devises puisque le dollar canadien s’est apprécié de 1,7 % par rapport à l’euro et de 9,4 % par rapport à la livre britannique », retient la firme spécialisée. Résultat, l’indice de fonds Morningstar Actions européennes affichait un recul de 7,3 % au terme des trois premiers mois de 2016.

Solvabilité en baisse

Les gestionnaires de régime de retraite n’ont pas eu la main aussi heureuse. Dans sa lecture présentée le 31 mars dernier, le cabinet en ressources humaines Mercer a souligné qu’un portefeuille équilibré type a produit un rendement négatif de 0,5 % après trois mois en 2016. Pour les régimes à prestations déterminées, le ratio de solvabilité des régimes de retraite clients de Mercer a fléchi légèrement pour atteindre 82 % au 30 mars dernier, contre 85 % en début d’année. « Plus de neuf régimes de retraite sur dix affichaient un déficit de solvabilité à la fin du trimestre ».

Le cabinet ajoute que son indice mesurant la santé financière selon le ratio de solvabilité d’un régime de retraite hypothétique s’est également replié, passant de 93 à 90 % dans l’intervalle. Ce recul « tient aux mauvais résultats des marchés mondiaux des actions, à la baisse soutenue des taux d’intérêt des obligations à long terme et à l’appréciation du dollar canadien », qui a nui au rendement des placements étrangers ne faisant pas l’objet d’une stratégie de couverture. Les régimes peuvent toutefois se féliciter d’avoir connu un bon mois de mars « et regagné à peu près la moitié du terrain perdu ».

Mercer constate également que par catégories d’actions, les actions canadiennes ont affiché la meilleure performance trimestrielle, avec un rendement de 4,6 %. Celle des actions américaines a été plutôt timide, pour produire un rendement négatif de 5,4 % en dollars canadiens. Pour sa part, la contribution des actions internationales a été plutôt décevante, avec un rendement négatif moyen de 5,8 % en monnaie locale et de 9,1 % en dollars canadiens.