Le chômage tombe à son plus bas niveau depuis août 2011

En Allemagne, le taux de chômage est de 4,3 %; en Grèce (notre photo), il atteint 24 %.
Photo: Louisa Gouliamaki Agence France-Presse En Allemagne, le taux de chômage est de 4,3 %; en Grèce (notre photo), il atteint 24 %.

Bruxelles — Le chômage a légèrement reculé en février dans la zone euro à 10,3 % contre 10,4 % en janvier (chiffre révisé), soit son niveau le plus bas depuis août 2011, a annoncé lundi l’Office européen de statistiques Eurostat.

Ce chiffre correspond précisément au consensus des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur 10,3 %. Le 1er mars, Eurostat avait annoncé un taux de chômage à 10,3 % en janvier dans la zone euro, mais le chiffre a ensuite été révisé à la hausse de 0,1 point, selon un communiqué.

Le chômage dans la zone euro s’élevait encore à 11,2 % en février 2015, rappelle l’office de statistiques, qui souligne qu’en l’espace d’un an le nombre de chômeurs a diminué de 1,3 million. Mais de fortes disparités subsistent parmi les pays ayant adopté la monnaie unique. L’Allemagne a ainsi enregistré un taux de chômage de 4,3 % en février, alors qu’il s’élevait à 20,4 % en Espagne (et 24 % en Grèce en décembre 2015, dernier chiffre disponible pour ce pays). La France est globalement dans la moyenne, avec 10,2 %.

Dans l’ensemble des 28 États membres de l’UE, le chômage s’est établi à 8,9 % en février, inchangé par rapport à janvier, et en recul de près d’un point sur un an (9,7 % en février 2015). Eurostat estime qu’en février, 21,65 millions d’hommes et de femmes étaient au chômage dans l’Union européenne, dont 16,63 millions dans la zone euro. Par rapport à janvier, le nombre de chômeurs a diminué de 59 000 dans l’UE et de 39 000 dans la zone euro, indique encore le communiqué.

Le taux de chômage de janvier a dû être révisé dans plusieurs pays, à la hausse pour la Belgique (+0,8 point de pourcentage), le Luxembourg (+0,5 point) et l’Irlande (+0,3) notamment, ce qui explique le relèvement global pour la zone euro.