Les ventes de BlackBerry continuent de chuter

Toronto — BlackBerry a vendu environ 100 000 téléphones intelligents de moins à son plus récent trimestre, malgré le lancement de son premier appareil fonctionnant sous le système d’exploitation Android de Google, le Priv.

La société a indiqué vendredi avoir vendu environ 600 000 téléphones cellulaires au cours du trimestre clos le 29 février, le premier trimestre complet à inclure les ventes des Priv. BlackBerry a lancé son nouvel appareil en grande pompe en novembre dernier.

Les chiffres dévoilés vendredi ne précisent pas combien des appareils vendus étaient des Priv. Au trimestre précédent, BlackBerry avait vendu environ 700 000 téléphones.

BlackBerry mise gros avec le Priv. Certains observateurs de l’industrie s’attendent à ce que l’entreprise de Waterloo, en Ontario, mette fin à ses activités de fabrication de téléphones si ce dernier modèle ne répond pas à ses attentes.

Le président exécutif et chef de la direction de BlackBerry, John Chen, a admis que les revenus des activités de matériel avaient été inférieurs aux attentes de la société. Mais il dit rester optimiste quant à l’avenir de BlackBerry sur le marché des téléphones intelligents.

« Je crois toujours que nous pouvons réussir, a-t-il indiqué lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, vendredi. J’espère que je ne suis pas naïf. »

M. Chen a partiellement attribué le recul des ventes aux longues négociations avec les grands fournisseurs de téléphones cellulaires, incluant Verizon Wireless, qui ont reporté les nouvelles ententes de distribution au prochain trimestre. BlackBerry veut s’attaquer à la distribution, que M. Chen croit être le principal problème, pour tenter de revigorer ses ventes.

Le Priv est maintenant disponible dans 34 pays, a-t-il précisé, comparativement à quatre pays au trimestre précédent.

Alors que le marché haut de gamme des téléphones intelligents commence à être saturé, M. Chen dit envisager de créer un appareil de milieu de gamme, mais il n’est pas encore prêt à faire une annonce à ce sujet.

BlackBerry est malgré tout en voie de dégager un profit de ses activités de téléphones intelligents pour l’exercice en cours, a estimé M. Chen. Mais il a répété que si ces activités restaient déficitaires, BlackBerry devrait cesser de fabriquer des téléphones.

Les autres activités de BlackBerry ont mieux fait au plus récent trimestre. Les revenus de ses activités de logiciels et de services ont progressé de 106 pour cent par rapport à la même période un an plus tôt.

La priorité de l’entreprise est de faire croître ce segment, a expliqué M. Chen.

BlackBerry a affiché vendredi une perte nette de 238 millions $ US pour son quatrième trimestre, ce qui était surtout attribuable aux coûts liés à des mesures de restructuration et à des acquisitions. La perte par action s’est établie à 45 cents US.

Après des ajustements pour exclure les coûts d’acquisition et de restructuration, la perte s’est chiffrée à 3 cents US par action, ce qui était moins important que celle de 10 cents US par action attendue par les analystes.

Les revenus ont atteint 464 millions $ US, incluant une dépréciation de revenus reportés liés aux récentes acquisitions. En excluant cette dépréciation, ils auraient été de 487 millions $ US.

Les analystes attendaient cependant un meilleur chiffre d’affaires, de 563 millions $ US, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

L’action de BlackBerry a reculé vendredi de 80 cents à la Bourse de Toronto, soit 7,6 pour cent, pour clôturer à 9,74 $.

À voir en vidéo