Les pays producteurs de pétrole se réuniront en avril, à Doha

Doha — Des pays producteurs de pétrole, membres et non-membres de l’OPEP, se réunissent le 17 avril à Doha pour tenter de stabiliser la production et soutenir les prix du brut, plombés par une surabondance de l’offre, a annoncé mercredi le ministre qatari de l’Énergie.

Cette réunion fera le suivi de l’accord sur un gel de la production à son niveau de janvier, convenu entre l’Arabie saoudite et la Russie — principaux producteurs de brut dans le monde — lors d’une rencontre en février à Doha avec le Venezuela et le Qatar, a précisé dans un communiqué le ministre Mohammed al-Sada, président en exercice de l’OPEP.

Tombés au plus bas depuis 2003 en début d’année face à la surabondance mondiale d’or noir, les cours ont rebondi grâce notamment à l’accord de Doha. L’Iran, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) qui a fait son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions internationales, a cependant prévenu qu’il ne participerait pas au gel.

Mais le ministre Sada a affirmé que l’accord sur un gel de la production avait acquis l’adhésion des gros producteurs de brut dans le monde. « À ce jour, quelque 15 producteurs OPEP et non-OPEP, qui représentent près de 73 % de la production mondiale de pétrole, soutiennent cette initiative », annoncée en février à Doha, a-t-il dit dans son communiqué. L’Iran a prévenu dimanche qu’il comptait avant toute chose atteindre une production de 4 millions de barils par jour (bj) et n’envisagerait un gel de sa production qu’une fois ce seuil atteint.

L’accord de février a déjà « changé le sentiment sur le marché pétrolier et arrêté la chute des cours », souligne le communiqué du ministre qatari, ajoutant que l’effondrement des cours avait conduit à une baisse des investissements dans l’industrie pétrolière « impactant la production mondiale de brut ».