Les effets secondaires de piètres résultats financiers

Le prix de l’action de Valeant Pharmaceuticals a été réduit de plus de 80 % depuis octobre 2015.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Le prix de l’action de Valeant Pharmaceuticals a été réduit de plus de 80 % depuis octobre 2015.

L’action de Valeant Pharmaceuticals a perdu la moitié de sa valeur mardi et clôturé à son plus faible niveau en plusieurs années, après que la société pharmaceutique eut dévoilé des résultats trimestriels inférieurs aux attentes et prévenu que ceux de son premier trimestre seraient plus faibles que prévu.

La société a vu son action perdre plus du quart de sa valeur dès les 15 premières minutes de transactions aux Bourses de Toronto et de New York, et a poursuivi sa dégringolade pour finalement clôturer en baisse de 46,44 $, soit 50,7 %, à 45,14 $ à Toronto. « Notre entreprise ne fonctionne pas à plein régime, a observé le chef de la direction Michael Pearson, mais nous sommes déterminés à la remettre sur les rails. »

Valeant a affiché une perte nette de 336,4 millions $ US pour le dernier trimestre de 2015 essentiellement en raison de coûts associés à sa restructuration et à ses acquisitions. Après ajustements, Valeant dit avoir réalisé un bénéfice de 875,7 millions, ou 2,50 $US par action. Les revenus de Valeant au quatrième trimestre étaient légèrement en deçà de 2,8 milliards mais la société a révisé à la baisse ses ventes précédentes et ses prévisions de bénéfice ajusté pour le premier trimestre de l’exercice 2016. Les revenus pour le premier trimestre qui prendra fin le 31 mars seront plus faibles que ne l’avait prévu la direction pour plusieurs de ses secteurs d’activités, a précisé Valeant.

Autrefois l’une des entreprises les mieux évaluées du Canada, Valeant s’est retrouvée ces derniers mois au coeur d’un certain nombre de controverses qui ont terni sa réputation. Le prix de son action, et conséquemment sa valeur boursière, a été réduit de plus de 80 % depuis octobre, lorsqu’un rapport critique a dévoilé ses liens avec la société pharmaceutique américaine de ventes par correspondance Philidor, tandis que des politiciens du Congrès l’ont accusée d’avoir procédé à des hausses de prix injustifiables pour certains traitements. Valeant a rejeté les accusations et a lancé une enquête interne sur ses liens avec Philidor. La société fait aussi l’objet d’une enquête de la commission des valeurs mobilières des États-Unis (Securities and Exchange Commission, ou SEC).

Le dévoilement des plus récents résultats trimestriels, qui devait initialement avoir lieu il y a deux semaines, avait été retardé en raison du retour au travail de M. Pearson après un congé de maladie de deux mois.

Valeant s’attend maintenant à ce que ses revenus du premier trimestre en cours s’établissent entre 2,3 milliards et 2,4 milliards, en baisse par rapport à ses prévisions précédentes, qui visaient un chiffre d’affaires d’entre 2,8 milliards et 3,1 milliards. Le bénéfice ajusté devrait pour sa part s’installer entre 1,30 $US et 1,55 $US par action, en baisse par rapport à la prévision précédente d’entre 2,35 $US et 2,55 $US par action. « D’une certaine façon, nous avons gaspillé un trimestre », a fait valoir M. Pearson.

La société a indiqué qu’elle retarderait le dépôt de son rapport annuel de 2015 auprès des autorités réglementaires, le temps qu’elle puisse évaluer l’impact de son ancienne relation avec Philidor. Selon Valeant, la source du problème avec ses résultats touche à des ventes de 58 millions à Philidor qui ont été enregistrées au mauvais moment.