Un invité-surprise dans la suite nuptiale

Le Sheraton fait partie de la chaîne Starwood. Un groupe chinois est entré en concurrence avec Marriott pour l’achat de Starwood.
Photo: Spencer Platt Agence France-Presse Le Sheraton fait partie de la chaîne Starwood. Un groupe chinois est entré en concurrence avec Marriott pour l’achat de Starwood.

Le groupe d’assurance chinois Anbang, déjà propriétaire du palace art déco Waldorf Astoria, a créé la surprise en déposant une offre non sollicitée pour la chaîne hôtelière américaine Starwood. L’Américaine Marriott International avait déjà fait des avances amicales en novembre dernier.

À la tête d’un consortium d’investisseurs réunissant Primavera Capital et JC Flowers, le groupe chinois a approché Starwood (St Regis, W, Westin, Le Méridien ou Sheraton) pour le racheter, a indiqué lundi à l’AFP une source proche du dossier.

Marriott a confirmé que l’assureur chinois était bien le groupe ayant fait une proposition à Starwood le 10 mars. Sollicité par l’AFP, Anbang s’est refusé à tout commentaire. Le prix proposé — 12,8 milliards de dollars en numéraire — est supérieur aux 12,2 milliards mis sur la table en novembre par Marriott qui veut unir ses marques haut de gamme (Ritz-Carlton, Renaissance, JW Marriott ou Gaylord) à celles de son compatriote.

Anbang et ses partenaires se seraient également engagés à maintenir en place l’équipe dirigeante de Starwood et à ne pas toucher à l’emploi, contrairement à la fusion Starwood-Marriott qui prévoit 200 millions de dollars par an d’économies. Autre point important : Anbang, fondé en 2004 par Wu Xiaohui, qui est marié à la petite-fille de l’ancien dirigeant du parti communiste Deng Xiaoping, ne veut pas toucher au programme de fidélité de Starwood, notamment les avantages accordés par la carte de membre.

Starwood et Marriott ont affirmé lundi maintenir leurs fiançailles. Néanmoins « il sera difficile pour le conseil d’administration de Starwood de rejeter cette offre qui est clairement supérieure à celle de Marriott », estime l’analyste Ryan Meliker chez Canaccord Genuity. Pour lui, une annulation du mariage serait un coup dur pour Marriott, qui misait sur cette fusion pour poursuivre son expansion, notamment en Chine, en Inde et en Europe, zones où Starwood est bien installé.

Initialement spécialiste de l’assurance voiture, l’assureur chinois est déjà en voie de finaliser le rachat de la chaîne d’hôtels de luxe américaine Strategic Hotels and Resorts pour 6,5 milliards de dollars au fonds Blackstone, a indiqué lundi à l’AFP une source proche du dossier. Strategic Hotels and Resorts, basé à Chicago, est une Fiducie de placements immobiliers propriétaire de 16 hôtels de luxe représentant près de 7500 chambres, dont l’hôtel del Coronado à San Diego et le JW Marriott Essex House au sud de Central Park à New York.

Consolidation

En novembre, Marriott International déliait les cordons de la bourse pour s’emparer de sa concurrente Starwood afin de créer le premier groupe hôtelier mondial, fort de 5500 hôtels dans une centaine de pays. Cette opération, la plus importante depuis une décennie dans l’hôtellerie selon Euromonitor International, devait lui permettre de poursuivre son expansion, avec désormais une forte présence en Chine, en Inde et en Europe, zones où Starwood est bien installé. Les redevances de franchise combinées des deux chaînes ont atteint 2,7 milliards sur les 12 mois achevés le 30 septembre pour 1,1 million de chambres. Hilton, le deuxième groupe hôtelier mondial, ne dispose que de 4500 hôtels pour 735 000 chambres dans le monde.

Ce mariage, qui accélère la consolidation du secteur, devait surtout avoir des conséquences pour les consommateurs nord-américains au vu de la puissance des deux groupes dans la région, avancent les analystes. Marriott a racheté récemment le canadien Delta Hotels et Resorts. Toutefois, la loyauté envers une marque reste importante dans l’industrie hôtelière. Et on se demandait si la fusion permettra aux clients des hôtels Starwood disposant de la carte de membre de bénéficier des avantages du programme de fidélité « Marriott Rewards », faisant de la fusion une opération allant au-delà du seul mariage de marques. « Pour réussir aujourd’hui [dans le secteur], une grande diversité de marques est nécessaire sur toute la gamme de prix, avait expliqué Adam Aron, le patron de Starwood, à des analystes. La taille est ce qui compte aujourd’hui », insiste-t-il.