Vers un corridor entre le Québec et le Maine

Le gouverneur du Maine, Paul LePage, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le gouverneur du Maine, Paul LePage, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Québec — Un pas de plus vient d’être franchi en vue d’offrir aux propriétaires de véhicules électriques la possibilité de se rendre du Québec jusqu’au Maine.

Le gouvernement du Québec et celui du Maine ont conclu une entente en ce sens mercredi. Ainsi, un comité devra examiner à court terme la possibilité d’installer des bornes de recharge électrique sur tout le parcours qui sépare les deux territoires. Le comité doit remettre ses recommandations dès cet été.

Ce futur corridor, qui compterait au total 220 stations de recharge de bornes électriques, s’inscrit dans la volonté du gouvernement québécois de miser sur l’électrification des transports.

Une initiative semblable existe déjà entre le Québec et le Vermont, alors que le Massachusetts pourrait aussi emboîter le pas.

L’annonce a été faite conjointement par le premier ministre, Philippe Couillard, et le gouverneur du Maine, Paul LePage, de passage à Québec.

L’installation des bornes de recharge pourrait se faire dès l’an prochain.

«On voit donc se dessiner un réseau électrique pour les véhicules dans tout le nord-est du continent», a commenté le premier ministre Couillard en conférence de presse.

1 commentaire
  • Jean Richard - Abonné 10 mars 2016 10 h 03

    Les bornés de l'électrification

    Chaque fois que je vois l'expression « électrification des transports » associée à l'installation d'un gigantesque réseau de de prises de courant, gigantesque réseau payé par tous les contribuables, mais profitant plutôt aux mieux nantis, je me dis, ou bien nos politiciens sont bornés (et non rechargeables en idées fraîches), ou bien il y a des intéressés derrière tout ce manège, intéressés qui ne sont pas de la classe de monsieur Toutlemonde.

    Comment se fait-il qu'au pays de l'électricité abondante et pas chère, on n'ait même pas 100 kilomètres de voies ferrées électrifiées ? Il y a pourtant de nombreux trains qui y circulent, transportant voyageurs et marchandises.

    Chaque train circulant sur les voies ferrées du Québec est mû par une ou plusieurs locomotives diesel-électriques. Qu'est-ce dire ? Les locomotives sont effectivement propulsées par des moteurs électriques, mais au lieu d'être alimentée par le réseau électrique, elle produisent leur propre électricité au moyen d'une grosse génératrice diesel embarquée.

    Il y a bien sûr des embûches à l'électrification des trains : les deux principales compagnies exploitant des trains, le CN et le CP, sont étrangères et fort peu sensibles aux préoccupations du Québec. Mais ce n'est pas insurmontable.

    Si la décarbonisation de l'économie du Québec passe par les transports, chaque dollar investi dans le rail électrique sera beaucoup plus efficace qu'un dollar dépensé, gaspillé dans les voitures individuelles à batterie.

    Par ailleurs, l'électrification du rail doit aussi se faire à l'intérieur des villes. Ce matin, on entendait à la radio des pleurs et des gémissements sur le nids de poule. Un seul interlocuteur mettait le doigt sur le bobo : la surutilisation de l'automobile. Or, on a rejeté le tramway du revers de la main et pourtant, les poules ne nichent pas sur les rails. Ils sont trop résistants.