Le Koweït gèlera sa production seulement si tout le monde le fait

Koweït — Le Koweït, membre de l’OPEP, ne gèlera sa production de brut que si tous les grands producteurs, dont l’Iran, font de même, a annoncé mardi son ministre du Pétrole par intérim, Anas al-Saleh.

« Le Koweït ne s’engagera à aucun éventuel [accord] mondial sur un gel des niveaux de production de brut que si les grands producteurs, dont l’Iran, font partie de l’accord », a déclaré le ministre à des journalistes en marge d’un forum sur les investissements à Koweït. « Si un tel accord est conclu, le Koweït s’engagera à geler » le niveau de ses extractions, a encore dit le ministre, dont les propos sont publiés par le quotidien koweïtien AlKuwaityah dans son édition en ligne.

Sinon, a-t-il ajouté, le Koweït, qui produit actuellement quelque 3 millions de barils par jour « tournera àsonplein rendement ». « Je vendrai chaque baril que je produirai », a-t-il encore dit.

Les cours du brut, qui ont perdu plus de 60 % depuis juin 2014 en raison d’une offre largement excédentaire, ont amorcé une nette reprise depuis la mi-février et la proposition faite par l’Arabie saoudite et la Russie — les deux plus gros producteurs de brut au monde —, ainsi que le Qatar et le Venezuela, d’un accord pour geler leur production à ses niveaux de janvier afin d’enrayer la chute des prix.

Depuis, d’autres spéculations se sont faites jour concernant la tenue d’une réunion entre producteurs de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et hors-OPEP à la fin du mois de mars, même si la date, le lieu et les participants d’une telle rencontre restent à définir.