cache information close 

Wall Street conclut la semaine avec une légère hausse

New York — Wall Street a fini une séance hésitante en petite hausse vendredi, se hissant à des niveaux plus vus depuis début janvier après des chiffres meilleurs que prévu sur l’emploi : le Dow Jones a pris 0,4 % et le Nasdaq 0,2 %.

À la clôture, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average a avancé de 62,87 points à 17 006,77 points. Très suivi par les investisseurs, l’indice élargi S&P500 a gagné 6,59 points, soit 0,3 %, à 1999,99 points.

Le Dow Jones et le S&P 500 ont fléchi en toute fin de séance, le premier se maintenant tout de même juste au-dessus du seuil psychologique des 17 000 points pour la première fois depuis le 5 janvier, et le S&P restant juste en deçà des 2000 points. Cela manifeste, selon Michael James, chez Wedbush Securities, les hésitations des investisseurs au terme d’une troisième semaine de progression d’affilée, même si un certain degré d’optimisme est manifestement revenu. « Les chiffres de l’emploi ont été bien meilleurs que prévu, et cela a permis de garder le marché solide, comme on l’a vu ces deux dernières semaines », a-t-il dit.

Les créations d’emplois aux États-Unis ont affiché un bond spectaculaire en février, dépassant largement les attentes des analystes à 242 000, et le taux de chômage est resté stable à 4,9 %, au plus bas depuis huit ans. Ces chiffres « montrent que l’économie n’est pas sur le point d’entrer en récession », a déclaré Bill Lynch, chez Hinsdale Associates.

Toutefois Chris Low, chez FTN Financial, a noté qu’ «il y avait un problème de qualité : la durée du travail et les salaires ont baissé », ce qui témoigne de la création d’emplois « de mauvaise qualité » ou à temps partiel. Pour Patrick O’Hare, chez Briefing, ces chiffres « ne devraient pas réveiller la peur d’une récession, mais devraient être interprétés comme le signal suggérant que la croissance économique va rester médiocre en raison du niveau déprimé des dépenses des consommateurs ».

Surtout, a noté M. James, les chiffres de l’emploi recèlent une inquiétude, celle d’un resserrement monétaire prématuré qui pourrait étouffer la croissance. « Alors qu’il y a deux semaines encore on pouvait exclure la perspective d’une hausse des taux d’intérêt à la réunion de la Réserve fédérale de la mi-mars, je crois qu’avec ces chiffres et la performance du marché une nouvelle hausse d’un quart de point dans deux semaines n’est pas complètement exclue, ce qui modère l’optimisme » des investisseurs, a-t-il dit.

À Toronto, l’indice S&P/TSX a gagné 88,85 points, à 13 212,50. Le dollar canadien a terminé la journée à 75,05 ¢US, en hausse de 40 centièmes par rapport à jeudi. Le huard n’avait pas clôturé à un niveau supérieur à 75 ¢US depuis la fin du mois de novembre. Le pétrole brut, qui s’approchait de 35 $US le baril ces derniers jours, a finalement clôturé au-dessus de cette marque, vendredi — ce qui n’était pas survenu depuis la fin janvier. Il a gagné 1,35 $US à 35,92 $US le baril.