Un accord de 6 milliards entre le Brésil et Samarco

Brasìlia — Le Brésil a signé mercredi un accord de 6,1 milliards de dollars avec la compagnie minière Samarco, propriétaire d’un barrage minier qui s’est rompu et a fait 19 morts fin 2015, pour réparer les dommages sociaux et environnementaux.

« À moins de quatre mois de la tragédie […] nous saluons cet accord comme un processus de réparation des dommages aux populations et de réparation de l’environnement », s’est félicitée à Brasìlia la présidente Dilma Rousseff lors de la signature de l’accord, qui s’étale sur 15 ans.

De ce montant, 1,1 milliard sera déposé par Samarco — propriétaire du barrage avec ses deux actionnaires à parts égales, les géants miniers brésilien Vale et anglo-australien BHP Billiton —, d’ici à 2018, pour « assurer la réalisation d’investissements dans 38 programmes socio-économiques et environnementaux », selon l’accord.

La rupture du barrage le 5 novembre a été considérée comme « la plus grande catastrophe environnementale de l’histoire du Brésil » par la ministre de l’Environnement, Izabella Teixera. Ce barrage de déchets de minerai de fer a cédé près de la ville historique de Mariana, dans l’État de Minas Gerais, libérant une gigantesque coulée de boue qui a totalement submergé le village de Bento Rodrigues. La coulée s’est ensuite répandue jusqu’à l’océan atlantique sur 650 kilomètres à travers le lit du fleuve Rio Doce. Sur son passage, elle a tué des milliers d’animaux, dévasté des zones de forêt tropicale protégées, et laissé 280 000 personnes sans eau.