L’Ontario se range derrière le Québec

Les premiers ministres de l’Ontario et du Québec, Philippe Couillard et Kathleen Wynne, écoutent leur homologue fédéral, Justin Trudeau, à qui ils réclament un soutien financier pour Bombardier.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne Les premiers ministres de l’Ontario et du Québec, Philippe Couillard et Kathleen Wynne, écoutent leur homologue fédéral, Justin Trudeau, à qui ils réclament un soutien financier pour Bombardier.

Vancouver — Les dirigeants des deux provinces les plus populeuses du Canada ont uni leurs voix pour demander au gouvernement fédéral d’aider l’entreprise Bombardier dans le développement de la CSeries.

De passage à une conférence fédérale-provinciale à Vancouver, le premier ministre du Québec Philippe Couillard a reçu l’appui de son homologue de l’Ontario, Kathleen Wynne, qui a souligné l’importance du programme pour l’économie canadienne. Selon M. Couillard, la CSeries est probablement le projet d’innovation « le plus important au Canada », qui bénéficiera bien sûr au Québec, mais à tout le pays également.

M. Couillard souhaite que le gouvernement fédéral ajoute sa contribution à l’investissement de 1 milliard $US déjà consenti par Québec pour aider le fabricant d’avions à compléter le coûteux programme de la CSeries. En échange, le gouvernement québécois s’est assuré d’une participation de 49,5 % dans une société à commandites. Le gouvernement occuperait deux des sièges du conseil d’administration, tandis que l’entreprise montréalaise en occuperait trois et elle aurait le droit de nommer son président. Or, Ottawa obtiendrait deux sièges additionnels sur un conseil agrandi de sept personnes s’il contribuait au programme.

M. Couillard dit comprendre Ottawa, qui veut prendre le temps d’évaluer la proposition, mais il a fait un parallèle entre ce cas et l’aide fournie à l’industrie automobile par le passé. « L’avion a été conçu et inventé au Canada. C’est le premier transporteur commercial certifié au Canada. Fait au Canada. Nous devons appuyer cela », a-t-il déclaré.

Mme Wynne a abondé dans le même sens : « C’est une entreprise nationale importante et si nous regardons les secteurs qui renforcent ce pays […] en Ontario, l’aérospatiale est l’un de ces secteurs. Bombardier est une entreprise très, très importante en Ontario. »

Le gouvernement fédéral a indiqué qu’il continuait d’examiner cette option.

Les avions de la CSeries, qui sont deux ans en retard et qui débordent de leur budget de 5,4 milliards $US, devraient entrer en service dans les prochains mois.

2 commentaires
  • Dominique Roy - Abonnée 3 mars 2016 16 h 09

    Couillard, maître illusionniste

    Je ne comprend pas pourquoi Couillard ne fait pas comme son mentor Charest qui va barbotter dans le marais fédéraliste. On le sent si gorgé d'orgueuil de présenter le Québec comme une province parmi les autres. Je pense que de se voir comme la dizième roue du carosse le rassure parce qu'il tire les bénifice de s'identifier à l'ensemble tout en y dissimulant son incompétence. Le principe du petit poisson dans le grand lac. LoBo

  • Donald Bordeleau - Abonné 4 mars 2016 14 h 04

    Quatre premier ministres du Québec sur le dossier de la C_Serie.

    Monsieur Couillard aurait récemment rencontré le président d'Air Canada Calin Rovinescu pour discuter de l'achat des avions de C_Serie de Bombardier selon le conseil d'un membre du C.A. Pierre-Marc Johnson.

    Que Monsieur Jean Charest ne soit pas un lobbyiste ne dérange ne dérange rien.


    De toute façon le coût de construction du pipeline est exorbitant et non rentable avec le prix actuel du baril de pétrole bitumineux. Bien sure il y aura des milliers d'emplois pour la construction, mais qui voudra de ce pétrole sale difficile à traiter.


    Avant questionner de l'intervention de Monsieur Charest, il faut questionner l'intervention de Monsieur Couillard au près de Air Canada pour l'achat présumé de 45 avions de la C_Serie de Bombardier avec Daniel Johnson.