Deux acheteurs sont désireux d'acquérir l'usine Cavalier Textiles

Sherbrooke — La survie de l'usine Cavalier Textiles de Sherbrooke n'est pas assurée, mais les nouvelles sont plutôt rassurantes pour les 300 employés. Deux acheteurs potentiels sont désireux d'acquérir l'usine pour poursuivre les activités à Sherbrooke. L'usine de Saint-Georges-de-Beauce, elle, a déjà été vendue et fermera ses portes d'ici le 1er mai, entraînant la perte de 160 emplois.

Les dirigeants du syndicat des travailleurs de l'usine sherbrookoise et les conseillers de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) ont appris la bonne nouvelle hier, au terme d'une rencontre longtemps réclamée avec la direction de l'entreprise et le syndic Richter & Associés. Ce contrôleur a été nommé par la cour en septembre dernier, lorsque Cavalier s'est placée sous la protection de la loi sur les arrangements avec les créanciers.

Les noms des deux acheteurs n'ont pas été divulgués, mais il s'agirait d'acheteurs «sérieux», selon le représentant du syndic et associé chez Richter, Benoît Gingues. Aucun échéancier n'a été fixé pour conclure la vente.

Si la vente ne se concrétise pas avec l'un de ces deux acheteurs, la liquidation des actifs sera envisagée.