Les prix des fruits et légumes frais font grimper l’inflation

Des étals au marché Jean-Talon,à Montréal
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Des étals au marché Jean-Talon,à Montréal

Alimentée par la hausse des prix pour les fruits et légumes frais, l’inflation annuelle du Canada a accéléré le mois dernier à 1,6 %, a indiqué vendredi Statistique Canada.

La cadence annuelle de l’inflation a été en décembre la plus rapide depuis la fin 2014. Elle s’était établie à 1,4 % en novembre, selon l’agence fédérale.

L’économie du pays doit composer avec l’impact du plongeon des prix des matières premières — celui du pétrole en particulier —, ce qui a aussi fait reculer la valeur de la devise canadienne. Or, la faiblesse du dollar canadien fait grimper les prix des biens importés.

Selon le rapport de Statistique Canada, les prix des fruits frais ont augmenté de 13,2 % le mois dernier, par rapport au même mois en 2014, tandis que ceux des légumes frais ont avancé de 13,3 %. Dans l’ensemble, les consommateurs ont déboursé 3,7 % de plus pour les aliments le mois dernier qu’un an plus tôt.

En plus des hausses de prix de ces produits, les Canadiens ont aussi dû payer considérablement plus pour leur logement, l’assurance hypothécaire, les véhicules automobiles et l’électricité par rapport à 12 mois plus tôt.

Glissade au ralenti

La diminution des prix de l’essence, du gaz naturel et du fioul ont exercé une pression à la baisse sur l’inflation. Les prix de l’essence ont reculé de 4,8 % par rapport à décembre 2014, tandis que ceux du gaz naturel ont échappé 12,9 % et ceux du fioul, 16,8 %. Mais la glissade des prix de l’énergie a quelque peu ralenti, ce qui a permis à l’inflation d’ensemble de grimper, a observé Dawn Desjardins, économiste en chef adjointe à la Banque Royale.

Mais pour la suite des choses, Matthieu Arseneau, économiste principal à la Banque Nationale, s’attend à ce que les consommateurs continuent d’être aux prises avec des hausses de prix pour les biens importés dans plusieurs catégories de produits. « Malgré la faiblesse des prix de l’énergie, nous ne nous attendons pas à ce que les consommateurs canadiens obtiennent un sursis parce que le plongeon du dollar canadien devrait représenter un contrepoids significatif », a écrit M. Arseneau dans une note à ses clients.

Statistique Canada a observé une hausse des prix à la consommation dans chacune des provinces canadiennes le mois dernier par rapport à l’année précédente, et le gain le plus important était celui de la Colombie-Britannique.

L’inflation de base, qui exclut certains éléments dont les prix sont plus volatils, comme l’essence et les fruits et légumes frais, s’est établie à 1,9 % en décembre, glissant sous la barre des 2 % pour la première fois depuis juillet 2014. L’inflation de base est suivie de près par la Banque du Canada.