Le commerce extérieur montre des signes de stabilisation

Les données du mois de décembre sur le commerce extérieur de la Chine devraient contribuer à rendre les investisseurs un peu plus zen. Sur la photo, des hommes font leurs exercices matinaux dans un parc faisant face au quartier des affaires de Shanghai.
Photo: Johannes Eisele Agence France-Presse Les données du mois de décembre sur le commerce extérieur de la Chine devraient contribuer à rendre les investisseurs un peu plus zen. Sur la photo, des hommes font leurs exercices matinaux dans un parc faisant face au quartier des affaires de Shanghai.

Pékin — Les exportations chinoises — en dollars — ont reculé bien moins qu’attendu en décembre, suggérant une amorce de stabilisation au terme d’une année 2015 morose, où la Chine a vu son commerce extérieur se contracter brutalement et ses importations s’effondrer, reflet du vif ralentissement de la deuxième économie mondiale.

Selon les chiffres publiés mercredi par les douanes, le tableau des échanges commerciaux chinois s’est quelque peu éclairci le mois dernier. Exprimées en dollars, les exportations de la Chine ont ainsi reculé de 1,4 % sur un an, à 224 milliards de dollars, tentant de se reprendre après une chute de presque 7 % en novembre. Calculées en yuans, elles ont même rebondi de 2,3 % — très au-delà du repli de 4,1 % qu’anticipaient les analystes sondés par Bloomberg. Les importations ont quant à elles baissé le mois dernier de 7,6 % à 164 milliards de dollars : là encore, c’est bien mieux que la prévision médiane du marché (-11 %).

Principal consommateur de matières premières et grand exportateur de biens manufacturés, la Chine reste un moteur-clé de la croissance mondiale en dépit du net ralentissement de son activité.

Le pays, dont les principaux partenaires commerciaux sont les États-Unis et l’Europe, a sans doute enregistré en 2015 sa plus faible croissance économique depuis un quart de siècle. Or, orchestrée par Pékin depuis l’été, « la dépréciation du yuan [par rapport au dollar] a contribué à soutenir les exportations chinoises » en les rendant plus compétitives, « et la demande internationale s’est également renforcée », en particulier dans les pays développés, a indiqué à l’AFP Ma Xiaoping, un expert de HSBC. Mais ces signes de stabilisation restent précaires et « il n’est pas certain que cette reprise soit durable », a-t-il aussitôt tempéré.

De fait, malgré la toute relative embellie de décembre, le commerce extérieur chinois s’est contracté en 2015 de 8 % pour tomber à 3960 milliards de dollars — très loin de l’augmentation de 6 % que visait Pékin, qui rate donc son objectif pour la quatrième année consécutive.

Pénalisées par la faiblesse de la demande intérieure mais reflétant également le vif repli des cours des matières premières, les importations ont plongé de 14,1 % sur l’année, à 1680 milliards. De leur côté, les exportations ont reculé de 2,8 % à 2280 milliards. Au total, l’excédent commercial du pays a bondi l’an dernier de 55 % à 595 milliards.

À voir en vidéo