La Banque Nationale affiche un bénéfice en hausse de 5 %

La Banque Nationale a affiché mercredi un résultat net du quatrième trimestre en hausse de 5 % par rapport à l’an dernier.

Le bénéfice net s’est chiffré à 347 millions, soit 95 ¢ par action, par rapport à celui de 330 millions, ou 91 ¢ par action, lors du même trimestre un an plus tôt. « Durant le trimestre, la Banque Nationale a continué à démontrer une croissance de volume solide et une amélioration des marges », a affirmé mercredi son président et chef de la direction, Louis Vachon, lors d’une conférence téléphonique.

En excluant les éléments non récurrents, le résultat net ajusté de la Nationale a atteint 417 millions au quatrième trimestre, en hausse de 2 % par rapport à celui de 407 millions d’il y a un an. Le bénéfice ajusté a atteint 1,16 $ par action pour le trimestre clos le 31 octobre, comparativement à 1,14 $ lors de la période correspondante en 2014. Le dividende trimestriel de la banque sera majoré de 2 ¢, soit 4 %, et atteindra 54 ¢ par action ordinaire. Le premier versement de ce nouveau dividende aura lieu le 1er février.

En dévoilant ces résultats, M. Vachon a fait preuve d’un optimisme prudent pour l’année qui vient. « En 2016, nous nous attendons à ce que la croissance réelle du PIB au Canada et au Québec soit aux environs de 1,5 à 1,6 %. La faiblesse du dollar canadien soutient la qualité du crédit d’affaires dans les secteurs manufacturier et des services et nous voyons des signes positifs du côté de l’emploi en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec. »

Il a fait part des priorités de l’institution pour les mois à venir, au sommet desquelles il a placé le service à la clientèle. « Notre première priorité en 2016 sera de poursuivre la mise en oeuvre de notre stratégie “Un client, une banque” en investissant dans les nouvelles technologies et la formation des employés et en améliorant nos processus pour permettre à notre organisation d’être complètement centrée sur le client. »

M. Vachon compte également intensifier la croissance de la Banque Nationale au Québec et Canada, notamment par « le déploiement de plusieurs initiatives ciblées dont la pénétration du marché des prêts commerciaux et des marchés de niche où notre expertise est reconnue » à l’extérieur du Québec, par l’ouverture « de sites soigneusement choisis pour les individus à valeur nette élevée pour les activités bancaires dans l’Ouest canadien » et par l’implantation de succursales bancaires dans des marchés bien circonscrits.

Le résultat net de la Nationale pour l’exercice 2015 s’est chiffré à 1,62 milliard, soit 4,51 $ par action, une hausse de 5 % par rapport à celui de 1,54 milliard, ou 4,23 $ par action, pour l’exercice précédent. « La Banque Nationale a livré une très bonne performance pour l’exercice financier 2015 », s’est félicité le patron de l’institution.