Les profits de BMO et de la Scotia continuent de grimper

La Banque Scotia a annoncé en octobre son intention de fermer certains de ses bureaux au Canada au cours des deux prochaines années. 
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne La Banque Scotia a annoncé en octobre son intention de fermer certains de ses bureaux au Canada au cours des deux prochaines années. 

Malgré une série d’avertissements au sujet de l’impact qu’auraient pu avoir les problèmes du secteur pétrolier et la stagnation de l’activité économique sur les résultats des grandes banques canadiennes, la Banque Scotia et la Banque de Montréal ont toutes deux vu leurs profits du quatrième trimestre croître par rapport à l’an dernier.

La Scotia a affiché mardi un bénéfice net du quatrième trimestre en hausse de 28 % à 1,84 milliard, ce qui porte son profit pour l’ensemble de l’exercice 2015 à près de 7,3 milliards. Le bénéfice par action de la banque pour le trimestre clos le 31 octobre a atteint 1,45 $, en hausse par rapport à celui de 1,10 $ de la même période l’an dernier.

Cependant, l’analyste Jim Shanahan, de la firme Edward Jones, a indiqué qu’il s’inquiétait toujours des perspectives de croissance pour la banque et pour sa rentabilité, notant que les mauvaises créances au secteur du pétrole et du gaz naturel — bien que gérables — continuaient de croître. La Scotia a indiqué que ses prêts au secteur pétrolier qui risquaient de ne jamais être remboursés au complet totalisaient 165 millions, alors qu’ils étaient de 96 millions au trimestre précédent et de 44 millions il y a un an, lorsque les cours du pétrole brut valaient plus de deux fois plus qu’actuellement. « Les coûts du crédit étaient passablement élevés, mais les investisseurs devraient s’inquiéter davantage de l’augmentation soutenue de l’exposition aux prêts liés au pétrole et au gaz naturel », a écrit M. Shanahan dans une note à ses clients. L’analyste a souligné du même coup que les prêts en vigueur aux clients de ce secteur avaient grimpé à 16,5 milliards, soit 700 millions de plus qu’au trimestre précédent et 3,6 milliards de plus que l’an dernier.

Au total, le secteur de l’énergie représentait 10 % du portefeuille de prêts aux entreprises et aux gouvernements de la Banque Scotia, a précisé M. Shanahan.

Entre-temps, la banque a diminué la taille de sa main-d’oeuvre de 1140 employés depuis la fin juillet. À la fin du quatrième trimestre, la Scotia comptait 89 214 employés, par rapport à 90 354 employés à la fin du trimestre précédent. La plupart des mises à pied — soit 1014 postes — a eu lieu dans les activités canadiennes.

La Banque Scotia a annoncé en octobre son intention de fermer certains de ses bureaux au Canada au cours des deux prochaines années. L’institution financière n’a cependant pas précisé combien de postes seraient touchés, et à quel moment cela se produirait. « Nous sommes bien engagés dans la transformation numérique de la banque, et nous réalisons les investissements nécessaires pour réduire notre structure de coûts », a expliqué mardi le chef de la direction de la Scotia, Brian Porter, lors d’une conférence téléphonique. « Ces efforts vont améliorer l’expérience de nos clients et alimenter les bénéfices financiers à moyen et à plus long terme. »

Hausse de 13 % pour la BMO

La Banque de Montréal a aussi affiché un bénéfice net du quatrième trimestre en hausse de 13 % par rapport à l’an dernier, à 1,21 milliard. Le bénéfice par action de la banque s’est chiffré à 1,83 $ pour le plus récent trimestre, soit 1,90 $ sur une base ajustée. Pour l’exercice 2015, BMO Groupe financier a annoncé un bénéfice net de 4,41 milliards ou 6,57 $ par action et un bénéfice net ajusté de 4,68 milliards ou 7 $ par action.

Plusieurs analystes ont noté que même si les résultats de la Banque de Montréal semblaient solides, elle a réussi à surpasser les attentes par une bonne marge grâce à la vente de ses services de retraite et au règlement d’une question juridique. « Dans l’ensemble, les détails font passer la manchette éclatante à quelque chose de plus près d’un trimestre conforme aux attentes », a précisé l’analyste Robert Sedran, de la Banque CIBC, dans une note à ses clients.

7,3 milliards
La Banque Scotia a terminé le quatrième trimestre avec un profit de 1,84 milliard, pour ainsi compléter l’exercice avec un bénéfice de 7,3 milliards.
4,4 milliards
La Banque de Montréal a terminé le quatrième trimestre avec un profit de 1,21 milliard, pour un bénéfice net de 4,4 milliards pour l’ensemble de l’exercice.
1 commentaire
  • Yves Corbeil - Inscrit 2 décembre 2015 11 h 17

    La crise quel crise

    Ça touche pas tous le monde la misère. Il y en a pas mal qui réussissent à nourrir leur famille au caviar pendant que d'autres mangent du sable dans les camps sur la planète, pis d'autre qui vont pas à l'école parce que le prof à perdu sa job.