Les placements pétroliers plombent les résultats

La Financière Manuvie maintiendra ses investissements dans le secteur du pétrole et du gaz en dépit des mauvais rendements qu’ils procurent en ce moment.
Photo: Alexander Joe Agence France-Presse La Financière Manuvie maintiendra ses investissements dans le secteur du pétrole et du gaz en dépit des mauvais rendements qu’ils procurent en ce moment.

Le bénéfice net de la Financière Manuvie a fondu de moitié au troisième trimestre. L’assureur a comptabilisé d’importantes pertes découlant de ses placements pétroliers et gaziers.

Manuvie a dégagé un bénéfice net de 622 millions, ou de 30 ¢ par action, au troisième trimestre clos le 30 septembre 2015, contre 1,1 milliard, ou 57 ¢ l’action, un an plus tôt. Le rendement sur fonds propres est passé de 14,8 % à 6,5 % entre les deux trimestres de comparaison. Manuvie a souligné que ce recul reflète l’inscription d’une charge de 248 millions au troisième trimestre de 2015, contre un gain non récurrent de 345 millions au trimestre correspondant de 2014.

En détail, l’assureur a comptabilisé une charge nette de 285 millions imputable aux modifications apportées aux méthodes et hypothèses actuarielles, compensée en partie par un gain de 232 millions liés au marché des actions et aux taux d’intérêt. Le tout est plombé par une perte de 220 millions « attribuable à l’incidence d’un nouveau recul des prix des produits de base sur nos placements pétroliers et gaziers », a commenté Warren Thomson, vice-président-directeur principal et chef des placements.

Au-delà, Manuvie a comptabilisé un bénéfice tiré des activités de base de 870 millions, en hausse par rapport à celui de 755 millions réalisé au troisième trimestre de 2014. « Nous avons enregistré de solides résultats d’exploitation au troisième trimestre, y compris une croissance supérieure à 10 % de nos souscriptions de produits d’assurance et des apports nets positifs dans nos activités de gestion de patrimoine et d’actif », a déclaré dans un communiqué le président et chef de la direction de Manuvie, Donald Guloien. L’actif sous gestion et administration atteignait 888 milliards à la fin de septembre.

Après neuf mois

Pour les neuf premiers mois, le résultat net a été de 1,95 milliard, contre 2,86 milliards après neuf mois en 2014, soit un recul de 32 %. Les charges nettes se sont élevées à 624 millions, contre un gain non récurrent de 686 millions un an plus tôt. Au cumul, Manuvie a comptabilisé des résultats techniques liés aux placements renfermant une perte de 626 millions sur la juste valeur marchande de ses placements pétroliers et gaziers, en partie contrebalancée par des profits de 457 millions sur les autres placements.

Sur l’ensemble de l’exercice, l’institution prévoit que les résultats techniques liés aux placements pourraient plomber les résultats de base de 400 millions. M. Thomson a précisé que « malgré le faible rendement des placements pétroliers et gaziers en 2015, nous maintenons notre présence dans ce secteur et croyons que les prix du pétrole sont inférieurs au niveau économique requis pour répondre à la demande à long terme. Nous croyons que ce montant de 400 millions par année demeure une estimation raisonnable tout au long du cycle à long terme ».

Après neuf mois, le bénéfice tiré des activités de base a été de 2,57 milliards, contre 2,18 milliards après neuf mois en 2014.