Les mises en chantier ont reculé en octobre

Ottawa — La cadence des mises en chantier d’habitations canadiennes a ralenti en octobre, après un mois de septembre particulièrement actif, mais ce déclin n’a pas suffi à changer la tendance à la hausse des six derniers mois.

Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le nombre de mises en chantier en données désaisonnalisées et annualisées s’est établi à 198 065 unités en octobre, contre 231 304 unités en septembre, essentiellement en raison d’une baisse du nombre de projets de logements collectifs dans les centres urbains. Le nombre de mises en chantier de logements collectifs dans ces centres s’est chiffré à 122 187 unités à travers le Canada, ce qui représente une baisse de 22,4 % par rapport au précédent.

Le déclin des mises en chantier dans les centres urbains a été observé dans la plupart des régions du pays, à l’exception de la Colombie-Britannique.

Le nombre total de mises en chantier de maisons individuelles dans les centres urbains s’est établi à 59 255, ce qui représente une hausse de 1,3 % par rapport à septembre, a précisé la SCHL.

La moyenne mobile de six mois des mises en chantier, annualisée et désaisonnalisée, a continué de grimper en octobre pour atteindre 206 089 unités, comparativement à 202 793 unités en septembre.

Hausse au Québec

 

À l’inverse, la tendance des mises en chantier d’habitations dans les centres urbains du Québec se chiffrait à 36 511 en octobre, comparativement à 35 327 en septembre. Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d’habitations.

« La légère hausse de la tendance observée en octobre est attribuable au segment des logements locatifs. Ces résultats correspondent à nos prévisions d’un rebond d’activité en deuxième moitié d’année », affirme Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL pour le Québec.

Par contre, quant au nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, il se situait à 31 611 en octobre, en baisse par rapport à celui de 44 781 enregistré en septembre. « La variation significative du rythme annualisé est attribuable au segment des logements collectifs, où l’on observe souvent des mouvements notables d’un mois à l’autre », précise la SCHL.

Cette tendance se vérifie davantage dans le grand Montréal, où les mises en chantier d’habitations se chiffraient à 23 588 en octobre, comparativement à 21 665 en septembre. Cette tendance correspond également à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d’habitations.

« L’augmentation de la tendance des mises en chantier au mois d’octobre dans la RMR de Montréal s’explique une fois de plus essentiellement par la construction importante de logements locatifs », a déclaré Francis Cortellino, chef analyste, Analyse de marché à la SCHL pour Montréal. « Avec l’essoufflement du marché de la copropriété, certains constructeurs se sont mis à la recherche d’autres débouchés, et les faibles taux d’inoccupation des immeubles locatifs récents semblent indiquer la présence d’une certaine demande d’unités au goût du jour. »

Quant au nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé, il se situait à 22 147 en octobre dans le grand Montréal, en baisse par rapport à celui de 39 720 enregistré en août.

À voir en vidéo